*Manifeste Unisson - Unisson
manifeste unisson

Manifeste Unisson
"Pour une Spiritualité Laïque et Universelle"



"Ne doutez jamais qu'un petit groupe de personnes ne puisse changer le monde.
En fait, c'est toujours ainsi que le monde a changé."
Margaret Mead

Après tous les séparatismes, les affrontements, les dissensions entre cultes ou entre science et religion, il apparaît une troisième voie, une voie unificatrice. On la nomme généralement « spiritualité ». Elle n'est pas une religion, un dogme établi, mais un mode de vie, une façon d'appréhender le monde, de vivre le divin en soi, en harmonie avec les autres et la nature. Une voie qui apprend autant de la science que de la religion, en en faisant ressortir les bons éléments, car la science comme la religion font partie d'une même pièce universelle qui évolue.

Les oppositions n'ont pas de sens. Le débat n'avance pas, car chaque partie se méfie de l'autre et garde les rancoeurs du passé. Chaque partie, science et religion s'oppose car tous deux ont pour le moment une vision fragmentaire de la vie. Soit tout est intuiition, soit tout est raison, or, ce dualisme ne peut unifier l'être humain en une paix intérieure et extérieure durable.

L'humanité a subi le chaos de ses affrontements depuis tant de siècle, elle aspire pourtant à une réelle unité, loin des vaines querelles des deux camps. La science semble s'être enfoncée dans une vision exclusive de la vie, un dogme matérialiste qui retient l'esprit et lui empêche d'accéder à une sensibilité plus épanouie. Un extrême en entraine souvent un autre, la science est devenue exclusibement matérialiste pour s'opposer radicalement au dogmatisme du clergé qui imposait de son côté une pensée unique autour d'un dogme. C'est la religion dualiste qui a amené une science dualiste, car déjà la religion de l'époque dissociait la l'esprit de la lettre pour tomber dans une théologie sans vie, n'amenant pas de libération intérieure. Les enseignements authentiques des religions se sont coupés peu à peu de leur source intérieure qui était censée amener une transformation de l'être. La transmission initiatique ayant été coupée mainte fois, les initiés pourchassés pour des raisons de pouvoir politique, tous ceci amena à une réaction épidermique qui déclencha le sursaut du siècle des lumières. En amenant un regain de liberté, nous avons jeté le bébé avec l'eau du bain, en rejetant violemment la religion nous avons coupé l'humain de sa reliance avec sa spiritualité, son besoin de transcendance, sa liberté intérieure.

Que choisir aujourd'hui ? La religion comme la science nous dévoile peu à peu leurs impasses dans l'accession au bonheur. L'humain n'est t-il qu'un consommateur anonyme, projetant ses désirs dans un monde froid et son seul salut serait dans l'accumulation d'objet et la réalisation de désir personnel pour lutter contre un vide intérieur qui ne cesse de ronger. L'humain n'est t-il qu'une simple créature mise au monde par un père qui à la vue du chaos du monde semble depuis longtemps lui avoir tourné le dos ?

Je pose une question : "A t-on besoin de savoir comme est fait le coeur humain, ses artères, sa circulation sanguine, pour vivre l'amour ?"

Certe les connaissances médicales du coeur sont importantes pour la chirurgie, mais dans la vie de tous les jours est-ce que ces connaissances sont nécessaires ? Je ne pense pas, elles peuvent même devenir un frein au vécu de l'émotion car le mental n'est pas apte à tout comprendre, le coeur a ses raisons que la raison ignore et passer outre cette compréhension, l'humain se rapproche de la machine qui a des connaisssances, mais ne ressens rien, une coquille vide.

Je pose une question : "A t-on besoin d'apprendre des textes religieux par coeur, de pratiquer des rituels et de se convertir à une religion pour vivre l'amour de la vie, la paix et la fraternité ?"

Certe la religion, les textes, les prières peuvent être des outils pour apprendre à calmer l'esprit et le focaliser vers des idéaux élevés, les religions sont comme des panneaux qui indique l'absolu, mais le panneau n'est pas le but, il est un outil. Mais l'humain a cette tendance en perdant l'esprit des rituels et des prières à diviniser des outils, car les clés de la connaissance directe ne sont plus disponible par les voies officielles.

Pour nous l'humain n'est ni un pécheur ayant mangé le mauvais fruit, ni un amas de chair et d'os juste bon à prendre quelques médicaments et accumuler des possessions pour se donner l'impression d'être heureux ...

"La tranquillité de l'esprit implique un non-attachement à l'égard de toutes les religions du monde.Elle est l'expression d'une spiritualité laïque qui reconnaît le sacré sans entrer dans les arcanes de son organisation humaine, trop humaine..."
[René Barbier]


Une des erreurs des religions, est qu'elles ont confondu l'essentiel et l'accessoire. La religion fut un outil de compréhension du divin qui répondait à un besoin ; on peut proposer ces outils à quelqu'un mais en aucun cas les imposer. Ces outils (prières, rituels, croyances...) sont des accessoires qui peuvent permettre une compréhension du divin. Mais le problème de notre monde actuel est que ces outils (accessoires) semblent avoir pris la place de l'essentiel, et c'est à cause de ces outils, de ces formes extérieures que l'humain s'entredéchire. Alors que c'est l'essentiel, qui réside au fond des religions, qu'il faut libérer. Ce fond commun des religions, c'est cette volonté de l'humain à transcender son existence et s'ouvrir à d'autres réalités. Nous devons tous prendre conscience des erreurs passées et en apprendre pour fonder un monde plus juste, qui ne soit pas un nouveau dogme.

Pourquoi ne pas libérer le spirituel du religieux, l'essentiel de l'accessoire, le fond de la forme et s'unir tous pour l'avènement d'une société où Dieu ne fait plus peur, où il ne devient plus une arme de pouvoir des castes dominantes. Mais un grand champ d'amour et de paix que nous constituons tous. Nous sommes Dieu , lorsque notre amour éclot sur les cendres de la peur..

Un monde de paix et d'harmonie est possible, nous avons toutes les ressources à notre disposition, il nous suffirait d'apprendre à les utiliser avec sagesse. Les humains peuvent jouir pleinement des avancées de la science et des médecines naturelles dites holistiques (c'est-à-dire qui prennent en compte l'humain dans sa globalité : corps, esprit, émotions…). Qu'ils puissent jouir de la chirurgie de pointe comme des thérapies psycho-corporelles (Shiatsu, Reiki…) et des médecines douces qui prennent en compte la dimension spirituelle de l'humain. Un monde où Dieu n'est plus une image, un nom, un symbole ou une église : mais juste l'Amour, ce flot d'énergie créatrice qui se vit en notre cœur, et qui se répand partout comme le ciment de nos convictions les plus nobles.

 

Pour nous, la seule religion qui soit est l'amour, la seule classe est, celle de l'humanité
et le seul langage, celui du coeur

 

 

La Spiritualité laïque

"La laïcité constitue le cadre qui rend possible la manifestation de la diversité sans morcellement communautariste
de l'espace civique, préservé à la fois comme fondement de paix et comme horizon d'universalité."

Henri Pena-Ruiz

La spiritualité que nous concevons se veut foncièrement laïque, mais intégrant tous les aspects spirituels progressistes des religions et philosophies. Nous filtrons la quintessence du tout pour en extraire l'élixir d'amour inconditionnel et universel.

La laïcité est une structure philosophique garante du respect et de la tolérance de la pluralité. Par spiritualité laïque nous entendons une approche qui se baserait sur l'essentiel, sur le fond commun qui unit les religions et les spiritualités du monde entier, en mettant de côté l'aspect ethnique, la forme externe, car génératrice de bien trop de conflits humains et éventuellement universels. Nous ne souhaitons pas non plus faire de l'acculturation, nous étudions les différentes ethnies, leurs traditions et coutumes. Mais pour nous cela reste des accessoires, des outils pour comprendre le fond spirituel de la vie.

L'essentiel réside dans les valeurs primordiales reconnues par tous, des valeurs vierges de toutes teintes ethniques et qui sont comprises par tous, comme la liberté, le bonheur, le partage, l'amitié, la tolérance, l'Amour et bien d'autres. Ce qui nous importe, c'est la valeur foncière de cela, et non les formes. Dieu a pris des noms différents, Allah, Jéhovah, Yahvé, Brahmâ et autres. Mais tristement l'humain s'oppose sur un nom, sur une forme superficielle, alors nous prenons le parti de laïciser la notion de Dieu, de la « désanthropomorphiser », de ne plus concevoir Dieu comme un parti pris religieux particulariste, mais comme une entité spirituelle génératrice de vie qui englobe tout notre univers. Sans notion de création de religions, de peuple élu ou bien de culte rédempteur. Pour nous, Dieu n'a créé aucune religion, ce sont les hommes qui les ont créé comme des outils pour comprendre le divin. Aujourd'hui ces outils sont obsolètes et surtout dangereux à la vue des conflits planétaires qui secouent le monde. Pour nous, aucun être humain ne peut se prévaloir de Dieu ou d'une mission divine particulière, tous nous avons comme seule "mission" de vivre en paix et en harmonie et d'étendre notre amour à tout ce qui vit. La source de toute chose est et sera au delà de toutes manipulations personnelles, elle EST un champs d'amour insondable, inéffable, universel et IN-CON-DI-TIONNEL.

Notre volonté d'unifier science et religion n'est pas nouvelle, d'autres courants philosophiques et spirituels tentèrent l'expérience de par le passé, avec plus ou moins de succès et parfois malheureusement certaines dérives sectaires. Avec le recul sur ces mouvements, on peut comprendre que ces dérives furent accentuées par une trop grande importance donnée à l'occultisme, aux diverses techniques méditatives et études symboliques. Une attention trop portée sur ces éléments semble éloigner indirectement de l'essentiel de la quête de soi, c'est-à-dire : la compréhension profonde, le développement de la compassion, les valeurs simples au delà de toute complexité ésotérique. Nous ne rejetons nullement le patrimoine ésotérique mondial, nous l'étudions afin de comprendre les subtilités de son enseignement. Mais, avant tout, nous privilégions la connaissance de soi par le biais d'une recherche intérieure quotidienne. Notre technique, la plus efficace que nous connaissons, demeure la pratique quotidienne de la compassion dans notre vie ; l'attention permanente à nos mouvements intérieurs, nos émotions, réactions, dans nos activités, au travail, faisant du sport, partageant tous les moments d'une vie humaine. L'essentiel pour nous réside en cette simplicité de vie, qui se façonne autour de valeurs universelles telles que l'amitié, le partage, la tolérance, l'Amour et bien d'autres encore. Si l'humain laisse éclore la compassion en lui et que celle-ci illumine son être, sa vie et ceux qui l'entoure, alors il a réalisé l'essentiel, qu'il soit juif, musulman, chrétien, bouddhiste, athée, de droite ou de gauche peu importe… Si la compassion est là, TOUT est là. La compréhension ésotérique, l'éveil des énergies viennent après, en complément, mais seul l'Amour pourra changer nos vies. Une fois infuser le fait que Dieu est en nous et autour de nous, que ce champs embrasse le cosmos tout entier, les identifiactions et les croyances qui y sont reliées s'effacent progressivement et l'on constate que juste ETRE suffit à connaitre l'absolu. Nul besoin de théologie, d'ésotérisme, de cour théorique et intellectualisant, tous ceci reste accessoire, l'absolu est dans les choses simples du quotidiens, là ou le mental et l'ego n'ont plus de possessivité, là ou l'esprit coincide avec l'univers.


La science


"La science sans religion est boiteuse, la religion sans science est aveugle [...] J'affirme que le sentiment religieux cosmique est le motif le plus puissant et le plus noble de la recherche scientifique [...] La religiosité cosmique ignore les dogmes"

Albert Einstein

Einstein ne croyait pas aux dieux des religions, mais il se sentait profondément spirituel dans ses recherches. Il définissait le mot "Dieu" comme une entité cosmique, loin de tout anthropomorphisme. Nous voulons d'une science ouverte sur tous les aspects du vivant, aussi bien la matière que l'esprit ; des études dans tous les domaines de la parapsychologie : les états modifiés de conscience, les expériences de mort imminente, le voyage astral, la communication avec l'au-delà… Ces recherches permettraient de démystifier toutes les peurs de l'inconnu qu'ont élaboré les religions organisées. Ces études approfondies nous permettraient de mieux connaître notre monde, notre rôle sur la Terre et notre avenir.

« En général il est probablement vrai que dans l’histoire de la pensée humaine les développements les plus fructueux ont souvent lieu aux moments où deux lignes de pensée se rencontrent. Il est possible que l’origine de ces lignes se trouve dans des parties différentes de la nature humaine, à des époques différentes, dans des environnements culturels différents ou dans des traditions religieuses différentes : donc, si elles arrivent effectivement à se rencontrer, c’est-à-dire, si elles ont au moins suffisamment de rapport pour qu’une réelle interaction ait lieu, c’est à ce moment-là que l’on peut espérer que des développements intéressants se suivront. »

Werner Heisenberg (Fondateur de la mécanique quantique)



L'éducation

"L'éducation consiste à comprendre l'enfant tel qu'il est, sans lui imposer l'image de ce que nous pensons qu'il devrait être. [...] L'ignorant n'est pas celui qui manque d'érudition mais celui qui ne se connaît pas lui-même."

Jiddhu Krishnamurti

Un enseignement à l'école plus complet, qui prendrait en compte l'aspect psychologique de l'enfant par le biais de jeux et autres formes ludiques d'apprentissage. Favoriser l'entraide et la créativité, plutôt que la compétition et la course à la bonne note. Enseigner la psychologie dès le collège comme matière au programme, adaptée à tous les âges. Ceci afin d'amener l'enfant et l'adolescent à vouloir mieux comprendre son être et les angoisses propres à son âge.

Bien entendu tout ceci peu sembler utopiste ; nous ne sommes pas des politiciens ou des économistes, nous émettons des voies de recherches et nous sommes à l'écoute de professionnels pouvant structurer ces points énoncés. Notre point de vue est largement OUVERT au débat, il n'est pas dogmatique, il évoluera avec le temps et la maturité.


"Lorsqu'un seul homme rêve, Ce n'est qu'un rêve.
Mais si beaucoup d'hommes Rêvent ensemble, C'est le début d'une réalité."
Friedrich Stowasser


Mais cela tend vers l'union et la paix des peuples. La politique n'est pas une fin en soi, mais un outil comme la religion, qui a été galvaudé par les ambitions égotistes des hommes. Elle se doit d'évoluer et servir de grands projets. Comme disait Spinoza en son temps : « Si l'homme était sage, l'état serait superflu » . En attendant que l'homme soit SAGE, tentons de prendre conscience de nous-mêmes et des efforts personnels que nous sommes à même de fournir. Rien ne sert de s'élever en sauveur ou réformateur du monde, le monde a vu passer tant de révolutions, de réformes et autres courants idéologiques… Tout ceci n'ayant apporté au fond que des réformes de surfaces, balayées par d'autres et ainsi de suite. A notre sens, la seule réforme qui soit réellement importante est celle que nous pouvons tous faire en nous, une réforme pacifique intérieure.

Nous pensons que si nous nous changeons intérieurement et positivement, la société que nous constituons changera elle aussi naturellement, sans forcer. C'est le 1 + 1 + 1 qui établira à terme un changement global. Nous sommes le reflet de notre société, si nous évoluons intérieurement le progrès social en sera influencé. A l'image de la nature : l'eau creuse les rivières avec le temps, l'arbre s'enracine patiemment. Toutes choses arrivent quand il est temps, les cycles de la nature sont immémoriaux et suivent une progression étapes par étapes. La première, qui nous incombe, repose pour le moment sur le fameux "Connais-toi toi même" de Socrate. Une fois cette étape cruciale réalisée, nous pourrons penser à élaborer une stratégie économico-politque. Réformons nous déjà personnellement, ensuite nous verrons comment l'appliquer sur notre Terre entière. L'aventure ne fait que commencer…


"L'utopie d'aujourd'hui est la réalité de demain."

 

Michael Abitbol

Article connexe : La Spiritualité Laïque

Mentions légales et conditions d'utilisations du site

Signer le livre d'or >>