*Découverte et ouverture de la conscience - unisson06
spiritualite laique - Unisson06

Découverte et ouverture de la conscience
"Prendre conscience, c'est transformer le voile qui recouvre la lumière en miroir."
Lao Tseu

par Michael


Depuis la nuit des temps, l'humain n'a cessé de découvrir le monde qui l'entoure. Dès l'apparition de la conscience, il n'a eu de cesse d'expérimenter, d'inventer et d'évoluer. De la découverte du feu à la fission atomique, l'espèce humaine s'est lancée dans la formidable aventure de l'évolution de la conscience et de la découverte : qu'elle soit métaphysique ou scientifique participe de ce même mouvement intérieur.

Mais qu'est-ce qu'une « découverte » ? Si l'on suit la définition du dictionnaire : « Action de découvrir ce qui était ignoré, inconnu. » Voila qui est intéressant, une découverte serait donc le résultat de l'action d'un être vers l'inconnu. Une sortie du connu pour faire la lumière sur de nouveaux éléments.

Mais, lorsqu'un mystique découvre une facette de Dieu, ou qu'un scientifique découvre une nouvelle équation, que s'est t-il réellement passé ? Est-ce l'humain qui est venu à la découverte en allant vers l'inconnu ? Ou est-ce la découverte qui serait venue à l'humain ? Curieux paradigme, je le concède, mais nous allons creuser dans ce sens, ou ce serait la découverte (scientifique ou métaphysique) qui viendrait à l'humain. Et tenter d'apporter une « découverte » sur ce sujet.

Pour me faire comprendre plus aisément je vais développer une métaphore : celle de l'iris d'un appareil photographique. L'iris de l'appareil possède un mécanisme d'ouverture et de fermeture, ce qui lui permet de capter la luminosité souhaitée. Plus il s'ouvre, plus il capte une quantité supérieure de rayons lumineux. Si il se referme donc, il en capte moins, voir plus du tout. Pour l'iris, la seule luminosité qui existe est celle qu'il peut capter en fonction du degré de son ouverture ; c'est la seule qu'il puisse appréhender directement. La luminosité, quant à elle, existe toujours, que l'iris soit fermé ou non : les rayons solaires entourent de toutes parts l'iris et l'appareil photo.

Peut-on dire, pour revenir à notre sujet, que l'iris découvre réellement une nouvelle quantité de lumière ?

Cette quantité de lumière n'est nouvelle que pour l'iris. Mais cette lumière a précédé l'existence de l'iris, elle a toujours été présente et ce depuis le big-bang. L'iris n'a fait aucune découverte. Il ne peut pas s'accaparer égoïstement la lumière, en disant qu'il est le seul à l'avoir trouvée.

Si maintenant, nous remplacions l'iris par notre conscience… La conscience d'un mystique ou d'un scientifique ne fait pas réellement la découverte de la lumière, que l'on pourrait appeler ici « Vérité ». C'est l'ouverture de sa conscience, son élargissement, qui lui permet de capter une quantité supérieure de « lumière-vérité ». Partant de cela, il serait malhonnête pour le mystique et le scientifique de s'accaparer cette découverte, de l'ériger en dogme et de l'utiliser comme arme de pouvoir.

Car cette lumière-vérité existe, et précède la conscience de l'humain. Elle est humble et ouverte à tous. Pour la capter, nous devons élargir notre « iris-conscience », tout en sachant que cette lumière-vérité ne nous appartient pas personnellement, mais appartient à la vie dans tout ce qu'elle englobe.

Cette lumière-vérité est disponible en totalité à celles et ceux qui prennent conscience de leur nature spirituelle. Nous sommes des appareils photographiques qui évoluent tous vers l'ouverture totale de notre iris-conscience. Cette lumière-vérité que certains appellent « Dieu », (mais que nous n'appellerons plus par ce mot, trop galvaudé) est là, mais nous refusons de la voir, nous refusons d'ouvrir notre iris-conscience à cet amour universel et inconditionnel. Certains en ont peur, car ils furent conditionnés par les religions, qui elles-mêmes n'ont pas su ouvrir suffisamment leur iris-conscience. D'autres refusent de reconnaître son existence, car ils sont prisonniers d'un schéma de pensée sécuritaire, que la peur de l'inconnu paralyse.

Cette peur est bien ce qui nous éloigne de l'ouverture de l'iris-conscience. Cette peur pourrait être la part d'obscurité, ou plutôt le rétrécissement de l'iris-conscience, qui ainsi capte de moins en moins de lumière-vérité. Ceci est un peu basique, certes, mais c'est souvent les explications les moins mentalisées qui prennent corps dans l'esprit humain.

Pour terminer, je pense qu'il est urgent de prendre conscience de la réalité du divin, de libérer le divin du dogmatisme religieux et scientifique, afin d'établir une approche libre et naturelle de celui-ci. L'ouverture spirituelle de notre iris-conscience nous amènera à une compréhension plus profonde de nos vies.

Si je prends mon cas personnel pour exemple, je dois avouer que l'ouverture de mon iris-conscience m'a progressivement libéré du conditionnement religieux, pour me permettre de concevoir en direct, de manière laïque si l'on veut, le divin. Ce divin n'est pas le Dieu des religions. Ce divin est là en nous et tout autour de nous : il n'impose pas, il propose. Il tend la main vers l'Amour et une vie plus riche intérieurement. Nous ne sommes pas obligés de répondre à cet appel. Mais, si en nous demeurent encore des peurs, des angoisses, des phobies, un manque, ou le besoin de vivre en un monde de paix et d'Amour, alors, je vous dit : « Eh bien mes amis, tentez le coup, ça vaut peut être la peine d'essayer »


Réagir à cet article >> cliquez-ici