*Unité et Division - unisson06
spiritualite laique - Unisson06


Unité et Division

par Jean-Yves
Visitez son site ici



Introduction

De la Division à l'Unité …

Lorsque nous regardons l'état du monde actuel, nous pouvons comprendre qu'il est vraiment d'une nécessité vitale que s'établisse en force, le retour à soi même, le retour à ce que nous sommes fondamentalement.

Je souligne deux aspects qui me semblent particulièrement important et que je développerai ultérieurement :

•  L'éveil en soi ou l'ouverture à notre source, outre le fait qu'il amène chacun à la quiétude, au bonheur, à l'expansion matérielle, résout les problèmes mondiaux que ce soit au niveau du rétablissement de la paix, du chômage, de la famine, des catastrophes naturelles…..etc.

•  Je souhaite insister également sur le fait que l'accomplissement d'actions que nous savons être mauvaises, dans un objectif de gain matériel ou autre a pour effet de diminuer son auteur. Cela même si les actes en question restent à jamais méconnus de tous. Ces actions là seront pour lui dans le long terme, non pas un gain mais une perte. Il m'apparaît essentiel que la compréhension de cet aspect se généralise et c'est la raison pour laquelle j'insiste sur ce point.

Etat du monde actuel

Lorsque nous regardons le monde tel qu'il se présente à nos yeux aujourd'hui, que ce soit sous l'angle des relations « parents- enfants » ou des problèmes semblables à ceux que vit Israël, nous arrivons inévitablement à la conclusion que c'est la division qui domine. Il est intéressant, vital même, de voir quelle est la cause originelle de ces perturbations. Voir sans porter de jugement mais surtout, tacher de trouver quel pourrait être le remède à ces désastres. Lors d'un conflit, les différents partis concernés sont certains de détenir la vérité et en quelque sorte d'avoir Dieu de leur coté, mais comment cela se pourrait il ?

La vérité est Une et indivisible. Probablement n'ont-ils, chacun de leur coté, que des vérités partielles. Le mot « Univers » traduit cette unité fondamentale. Comment ce qui est vérité, ce qui englobe tout, pourrait il s'exprimer sur une base qui amène l'exclusion de l'un ou de l'autre ?

Lorsque l'on voit que des gens sacrifient leurs vies pour défendre ce qu'ils considèrent être juste, nous pouvons difficilement leur en vouloir. Pourtant, il semble de toute évidence, qu'ils agissent sur la base d'une souffrance ou d'un manque déjà présent à l'intérieur d'eux même. L'idée d'une réaction, comme c'est le cas ici, implique qu'il y a déjà quelque chose de présent en nous avant l'action. Ce qui signifie que dans ce cas, nous n'exprimons pas ce que nous sommes, notre Etre, mais notre propre manque, notre souffrance.

En conséquence, on ne peut que constater et déplorer le manque d'unité des hommes en eux même. Pour remédier à cela, un seul remède est possible, rétablir le contact avec notre propre source intérieure, nos propres racines, notre réalité intime. Ce manque, ce vide dans l'éducation apparaît être la cause première des différents conflits. Nous ne pouvons pourtant pas réellement définir ce qu'est cette conscience profonde en nous mais peut-être est il possible d'en donner une vague idée :

La source en nous ???.....Qu'est que c'est ???

Un enfant grandissant dans un milieu fortuné sera naturellement conditionné par l'environnement dans lequel il vit, il prendra ainsi les gestes et les manières de son entourage tout en recevant aussi leur façon de penser. Si ce même enfant naissait dans un milieu défavorisé, il serait évidement complètement différent. Pourtant, il est le même dans les deux cas, mais différent en surface dans son aspect extérieur, dans ses croyances et dans son individualité. C'est comme un tissu auquel on donnerait une couleur ou une autre, bien que les colorations soient différentes, le tissu reste le même dans les deux cas. La source en nous est ce plan qui n'est pas touché par les apparences, les conditionnements extérieurs et qui est donc de ce fait toujours libre. Nous nous en séparons parce que nous nous mettons à considérer que nous sommes le niveau qui porte le conditionnement ; en d'autres termes, nous nous identifions à des aspects que nous ne sommes pas réellement et à partir de là nous agissons.

Bien que donnant un aperçu, cette explication est bien sûr inexacte et cela même, si l'on ne veut pas entrer dans la considération de vies antérieures possibles ; la naissance créant elle même un traumatisme, fait qu'un enfant, à l'instant même où il vient au monde, n'est déjà plus libre de conditionnement.

Il est communément reconnu à travers différentes religions, les descriptions de sages authentiques tels que sœur Emmanuelle, que ce qui se déploie de la nature même de notre être profond est bon et soutient la vie, pour reprendre ses propres termes « l'homme est fondamentalement bon ».

Le rétablissement de ce lien, de ce contact avec notre nature profonde est l'objectif de toute démarche spirituelle authentique ainsi que nous le laisse percevoir le mot « religion » dont la racine est relier ou même le mot « yoga » que l'on traduit généralement par « union ». En conséquence, on reconnaît l'authenticité d'une telle voie dans le fait qu'elle rétablit le lien avec ce niveau de paix en nous, nous laissant plus sereins, plus aptes à créer spontanément les situations favorables à une vie épanouie.

Cette source en nous est notre véritable identité, notre vrai « Je », si nous ne sommes pas pleinement heureux et satisfaits dans nos vies, c'est que nous sommes séparés d'elle. Il semble absurde de vouloir trouver une méthode précise qui nous permette d'être ce que nous sommes déjà. Il n'est pas évident de déterminer exactement ce qui nous en sépare, il est certainement plus intéressant et profitable de voir ce qui dans nos comportements ou attitudes nous en éloigne.

Ne pas faire ce que nous savons être mal est essentiel

L'idée maîtresse du paragraphe qui suit n'est pas de faire l'apologie du bien opposé au mal, mais de souligner que si en toute connaissance de cause, nous accomplissons une action que nous savons être mal, nous nous séparons de nous même et augmentons la division en nous.

Chacun d'entre nous a un jour ou l'autre entendu quelqu'un lui dire :

« Il a fait tellement de mal qu'il n'ose plus se regarder dans une glace »

Cela signifie que la conscience profonde de cette personne ne tolère pas ce que fait le plan superficiel.

Afin de ne plus sentir le poids des reproches qu'elle se fait elle-même et pour pouvoir continuer à vivre sans remord, elle devra augmenter la division à l'intérieur d'elle même. Ceci aura pour effet de l'éloigner de sa propre source, et donc de diminuer sa capacité à créer pour elle-même les situations qui lui seront favorables. Ainsi, elle aura davantage de difficulté à être heureuse et à obtenir la réalisation de ses désirs.

Voila la raison pour laquelle il est vital de rester relié à cette réalité intime ou de faire en sorte que cette union se rétablisse.

Lorsque l'on dit qu'il faut suivre les conseils dictés par notre cœur, on préconise de rester en symbiose avec cela, notre véritable identité, et de nous conformer à ce qu'elle nous dicte. Cet aspect là est vraiment important, combien de gens ai-je vu se leurrer eux même et se donner des prétextes pour pouvoir accomplir des actions « douteuses » du genre « mais les autres le font bien eux, et même pire ! » Ils n'ont pas conscience, par leurs actions néfastes, de fermer en eux même cette porte, cette ouverture sur l'infini. Agissant ainsi, quelques soient les prétextes qu'ils se donnent, le contact avec la source intérieure reste fermé. Dans le long terme, du fait de la perte de leur pouvoir de création ils obtiendront l'inverse de ce qu'ils ont cru.

Pour résumé, il est bon de se rappeler que quelque soit l'action que nous accomplissons, c'est toujours pour nous même que nous agissons.

Il s'agit maintenant de savoir si le fait de modifier cette attitude sera suffisant pour nous relier. Sûrement pas, mais c'est déjà un progrès !

Rétablir le lien avec la source, un premier pas

Pour ceux qui souhaiteraient établir ce retour à eux même d'une manière plus complète, différentes pratiques s'offrent à eux, je pense en particulier aux différentes techniques de relaxation qui, pratiquées quotidiennement dans notre vie peuvent amener d'excellents résultats.

A ce niveau ces dernières, dénouant en nous certains mécanismes naturels paralysés par une trop grande quantité de stress, peuvent contribuer au maintien ou au rétablissement de notre santé physiologique et psychologique.

Ce chemin vers davantage d'éveil, davantage d'ouverture s'appuie sur la tendance naturelle qui fait que ce qui est bloqué en nous tend à s'ouvrir spontanément de la même manière qu'un bouton de rose tend à devenir une rose ou que nos blessures tendent vers la guérison.

Le retour à la source rétablit notre pouvoir de créer

Nous pourrions comprendre à travers ce titre, que du fait d'un meilleur équilibre, notre ouverture intérieure, nos capacités intellectuelles augmentent et qu'en conséquence nous aurons davantage d'aptitude à répondre à nos différents besoins. C'est vrai, mais en réalité les choses vont beaucoup plus loin que cela.

Prendre ce chemin vers l'unité en soi nous rétablit dans l'unité avec les lois de la vie, ce qui fait qu'elles se mettent à répondre spontanément à nos besoins de façon à ce que nous soyons parfaitement heureux et satisfaits à tous les niveaux. De la même manière que dans notre corps, l'harmonie des différents éléments entre eux fait que nous sommes en bonne santé et que chacune de ces parties obtient tout ce dont elle a besoin pour être épanouie.

Concrètement, cela peut se traduire pour un tel de retrouver du travail par exemple, pour un autre d'avoir une meilleure relation avec ceux qui l'entourent….etc.

Certains textes religieux de différents horizons expriment cela, et même si dans une perspective laïque, je ne souhaite pas m'en servir pour étayer mes propos, ils peuvent malgré tout interpeller…..

Hymne du rig Véda (neuvième mandala)  :

«  Dans ces lieux où règnent le bonheur et la joie, où la satisfaction naît avec le désir, donne moi l'immortalité. O Indou, coule pour Indra ! »

Les lieux dont il est question ici ne désignent pas un endroit géographique mais ce niveau le plus subtil de nous même, notre Etre.

Christianisme :

«  Gagnez le royaume des cieux et le reste vous sera donné de surcroît »

« Le royaume des cieux est en vous »

Ces deux citations assemblées et résumées pourraient donner :

 « Rentrez en vous et vous obtiendrez ce que vous voudrez. »

Autres citations :

« Voyez les oiseaux dans le ciel, ils ne sèment ni ne récoltent mais notre seigneur les nourrit »

Ce passage élimine la notion d'effort à laquelle nous sommes accoutumés en vue d'obtenir quelque chose. En d'autres termes, acquisition spontanée de ce dont nous pouvons avoir besoin.

Dans le même ordre d'idée, lorsque Adam a été chassé de l'Eden, Dieu lui a dit :

« Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front »

Cela sous entend que Adam, établissant ici la rupture avec l'infini (en lui), perd ainsi le pouvoir de créer sans effort ce dont il a besoin.

« Ta femme enfantera dans la souffrance »

Cette séparation sera aussi la cause de la souffrance.

A travers ces textes de cultures différentes, j'ai souhaité appuyer ici un point particulier. C'est que nous avons, à partir de cette conscience libre, sur l'impulsion de nos désirs, cette capacité innée de créer les conditions de vie optimales.

Lorsque la bible nous dit :

« Dieu a fait l'homme à son image » C'est probablement cette capacité de créer qui a été suggérée à travers cette phrase.

A ce propos certains maîtres spirituels nous disent aussi :

« L'homme, tel qu'il vit aujourd'hui, est semblable à un milliardaire, qui aurait oublié sa fortune et irait mendier dans la rue. »

Evolution progressive dans la qualité de nos désirs

Cette aptitude à créer sur la base du désir grandit au fur et à mesure que s'établit l'ouverture en nous. Associé à cela, la nature même des désirs change spontanément. Dans une vision étroite, les hommes sont obnubilés par la satisfaction de leur petite individualité. Dans une plus grande maturité (vision plus large, davantage d'ouverture) ils ressentent vis-à-vis des autres hommes ce qu'un père ressent pour ses enfants ; en conséquence leurs désirs et leurs actions sont orientés différemment. En d'autres termes, à l'accroissement de la capacité de créer est associée une bienveillance toujours plus grande.

Influences mutuelles des individus

Peut-être serez vous alors tentés de dire :

« Même si je prends cette orientation qui me ramène à moi-même, ma vie sera meilleure certes, plus épanouie mais cela ne résout pas les problèmes mondiaux pour autant, même si je change, ce n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan. »

Lorsque plusieurs personnes sont engagées dans une action ou une focalisation commune, elles se stimulent et s'influencent mutuellement. Il semble que les énergies de chacun deviennent alors un tout cumulé.

Chacun a pu remarquer que l'on se sent parfois plus stressé dans un lieu que dans un autre, dans les grands magasins par exemple ou dans les hôpitaux. Qui n'a jamais été étonné de voir à quel point l'excitation pouvait devenir très intense dans les gradins d'un match de football ? A l'inverse, dans les lieux retirés, à la campagne, à la montagne ou dans le désert, on peut ressentir à certains moments un sentiment de paix nous envahir.

Le plus souvent, nous ne réalisons pas quelles sont les influences extérieures que nous subissons, mais elles sont pourtant bien réelles. Certaines personnes plus sensibles que d'autres les ressentent avec davantage d'acuité.

S'il est vrai que nous subissons les influences, l'inverse est tout aussi vrai, nous influençons le monde autour de nous. Cela devient encore plus vrai si nous sommes associés à d'autres personnes dans une dynamique commune qui peut très bien être « le retour à soi ».

L'impact des conditionnements sur nos vies

Que ce soit pour nous inciter à acheter un produit ménager ou à adhérer à une idéologie religieuse ou autre, nous pouvons être étonnés de la puissance des différents conditionnements dont nous sommes l'objet. Il n'est pas surprenant que nous percevions plus facilement ceux qui concernent les autres peuples que ceux qui nous sont propres, car ils sont comme les lunettes que nous avons sur le nez, nous regardons à travers. Ces différents conditionnements déterminent l'orientation que nous donnons à notre vie, l'association que nous établissons avec telle force ou tel courant et qu'en conséquence nous renforçons de notre présence. Ici s'établit notre choix, notre responsabilité, préférons nous continuer à subir ces différentes influences ou bien préférons nous rétablir le contact avec cette source en nous et ainsi les dépasser. Peut être direz vous alors que nous ne pouvons pas échapper à l'influence de ceux qui nous entourent ; si les choses nous apparaissent ainsi, nous pouvons alors choisir les groupes que nous fréquentons, les influences que nous subissons et en conséquence, ce que nous soutenons.

Mais bien sûr, l'objectif de ce retour à la source en soi est de dépasser les influences, bonnes ou mauvaises et de s'en libérer.

Pour conclure

La situation du monde extérieur, que ce soit sur le plan de notre vie individuelle ou de la société, dépend de ce que nous sommes à l'intérieur de nous même.

Le monde est tel que nous sommes !

Vouloir l'améliorer sans changer nous même équivaut à vouloir modifier notre apparence en agissant uniquement sur l'image que nous renvoie notre miroir.

Rétablir le contact avec le niveau le plus fondamental de notre être est notre choix, mais c'est aussi notre responsabilité.