*La physique est t-elle une science ? - unisson06
paradoxe de fermi


La physique est t-elle une science ?

Collectif d'auteurs


Cela fait des années que dans les milieux spirituels on s'échine à tenter d'utiliser la Mécanique Quantique comme justification du spiritualisme, c'est-à-dire de la priorité donnée à l'esprit sur la matière.

Cela fait des années que des physiciens se voulant à la mode tentent de ramener à eux, à la Physique, le domaine si insaisissable de l'esprit, en espérant en faire un sous-produit de la matière pour les plus matérialistes, ou une réalité de statut matériel prouvée et expliquée par l'épistémologie physicienne, pour les plus spiritualistes

Et les débats continuent, et l'ignorance s'accentue, et ceux qui ont un vrai coeur et une vraie intuition se rendent de plus en plus compte que tant les physiciens quantiques, que les physiciens « holistiques », sont dans la même impasse, dans le même refus de comprendre et de se rendre à l'évidence : la Physique est depuis longtemps disqualifiée, inadaptée à l'étude de l'esprit, et son illégitimité dans ce domaine ne peut déboucher que sur la charlatannerie, comme c'est également toujours le cas pour ce qui est de l'étude de l'univers dans son ensemble.

Car cela fait aussi des années, ou plutôt des dizaines d'années, qu'il est démontré de façon irrévocable que l'UNIVERS N'EST PAS UN OBJET DU DOMAINE PHYSIQUE, et que donc l'épistémologie physicienne ne peut en aucun cas s'appliquer à lui.

Ce qu'on appelle « épistémologie », c'est l'ensemble des règles de base, philosophiques bien entendu, qui régissent une science, ce que c'est qu'une loi, une preuve, une théorie.

Pour se convaincre du fait que l'univers n'est pas un objet d'étude pour le physicien, il suffit d'observer que le physicien fait partie de l'univers, et que donc en aucun cas il ne peut considérer l'univers comme un objet physique au même titre que tout ce qu'il peut discerner à l'entour.

On ne peut isoler l'univers, faire à son sujet des hypothèses observables à notre échelle de temps et des expériences reproductibles sur un autre univers ou un univers-témoin, on ne peut l'observer de l'extérieur comme un objet puisqu'on en fait partie, tout cela montre de toute évidence que l'univers n'est pas du ressort de la physique, et donc les physiciens qui prétendent l'expliquer ou l'étudier avec leur épistémologie habituelle telle qu'ils l'ont étudiée à l'université comme pour étudier des échantillons de minéraux ou des effets énergétiques sont des charlatans. Et il n'y a pas besoin d'être un scientifique pour l'établir. C'est une pure question de bon sens. Mais on est habitué au fait que le bon sens ne régit pas le monde de la « science » physique et pour cause : si on y faisait appel, on serait obligé d'abandonner la plupart des théories établies.

De même, et a fortiori, on ne peut en aucun cas, en tout cas pour tout esprit raisonnable, considérer l'esprit comme un objet physique. Personne n'est en état d'isoler un esprit, de l'analyser de l'extérieur, et de le mettre dans des situations reproductibles. En particulier bien malin celui qui pourrait lui donner une dimension, des limites, un espace, un temps, tous éléments évidemment indispensables pour acquérir le statut d'objet physique accessible à l'épistémologie du physicien.

Alors, nous trouvons-nous désarmés ? Faut-il renoncer à faire de l'esprit un objet scientifique ? De pouvoir dire quelque chose de sérieux concernant l'univers dans son ensemble ?

Pas du tout, ces réalités sont aussi scientifiques que n'importe quoi qui s'y trouve, mais la science qui en rend compte ne saurait en aucun cas être appelée « PHYSIQUE ». Voilà le douloureux problème des universitaires : comment s'en sortir ? Comment faire entrer dans le moule de ce qui fait figure de science de référence : la Physique, ce qui de toute évidence lui est totalement étranger ? Comme garder la face en n'ayant, en fait, rien à dire des deux évidences les plus criantes de l'Être : l'esprit et l'univers ? Pas facile de s'en sortir.

Le seul moyen de s'en sortir, d'ailleurs c'est déjà fait depuis belle lurette, c'est de hisser la Science au niveau qui est le sien par nature, au-dessus de la simple Physique qui n'est qu'un aspect extrêmement limité (et par définition) du « Réel ».

Science et Physique ne peuvent ni de doivent se confondre, et la connaissance de l'univers et de l'esprit ne peut se réduire à ce que peut en dire une discipline qui n'a pas été construite pour elle. La physique s'applique à la matière, et encore, pas dans son ensemble et dans sa nature, mais dans sa limitation au sein d'objets physiques.

Science signifie Connaissance, et la Connaissance ne peut qu'être globale, et non limitée à une discipline, sinon ce n'est pas de la connaissance. Et l'épistémologie qui permet d'étudier le global, c'est-à-dire aussi l'univers, et aussi l'esprit qui le perçoit, existe depuis 1985 suite aux travaux déposés à l'Académie des Sciences de Paris en 1955 sur le thème de la nature purement magnétique de l'atome.

Depuis cette date, et malgré le fait que grâce à cette épistémologie globale incontestable et incontestée, la totalité des phénomènes physiques autant que spirituels sont parfaitement expliqués, y compris bien sûr tous ceux, très élémentaires, que la Physique et l'Astrophysique sont incapables d'expliquer, comme par exemple le simple fait que la Terre tourne, que le Soleil l'attire, que la vie se reproduit, que la Lune se balance ou que l'atome purement immatériel nous donne cette sensation de matière solide. Et plus encore le fait que nous en ayons conscience, que nous puissions communiquer entre nous, et que l'univers semble en évolution. Et plus encore l'origine de tout cela, pourquoi il y a quelque chose à la place de rien, et comment la matière apparaît à nos sens à chaque instant. Tout cela est connu, archi connu, exhaustivement expliqué sans aucune lacune, et beaucoup, beaucoup de physiciens le savent parfaitement, comme beaucoup de journalistes, mais ont toujours fait tout ce qu'ils peuvent pour que cela reste totalement méconnu du public. Avec grand succès évidemment puisque qui dit Physique dit pouvoir.

Par définition la Physique est un art, l'art d'agir sur les objets en définissant les lois qui régissent la dynamique, le mouvement, l'énergie, et c'est donc un art technique, fondé sur la description et l'expérimentation. C'est donc avant tout un instrument de pouvoir. En aucun cas ce n'est un art explicatif. Le fait d'observer les réalités ne saurait en effet permettre d'identifier les causes. Or, qui dit explication, dit CAUSES.

En tant que science des effets, la Physique est tout à fait légitime et utile. Elle permet l'action et atteint des sommets dans la technicité. Mais en aucun cas ce n'est véritablement une science car ELLE NE PERMET RIEN DE DIRE DE LA NATURE DES CHOSES, DE LA MATIERE, DE L'ESPRIT, DE L'UNIVERS.

A aucun moment et en aucune façon la Physique permet de tenir un discours sur ce que c'est que la conscience d'être, d'aimer et de souffrir, ce que c'est que la particule atomique en tant que telle, ce que c'est que l'énergie en soi, ce que c'est que l'existence. Et pourtant c'est cela l'essentiel, ce qui relèverait d'une véritable CONNAISSANCE.

On vous l'a dit, cette véritable science existe. Elle est du domaine METAPHYSIQUE puisqu'elle n'a qu'un objet : expliquer les cause, le pourquoi des choses, et non plus le comment, ce qui ne relève que de la Physique.

Il est vain, comme le font souvent les chercheurs, de tenter de s'en sortir par la pirouette habituelle : « le pourquoi on s'en fout, ce qui compte, c'est le comment ». Cette fuite honteuse n'éteindra jamais en l'homme son désir ardent de comprendre ce qu'il fait là et pourquoi. Quelle est la nature profonde de ce firmament étoilé et de cette petite fleur qui s'ouvre à nouveau chaque printemps. Un mystère qu'il appelle « Dieu », faute de mieux, mais qui pourtant n'est plus un mystère que parce que ceux qui refusent de voir interdisent la lumière à ceux qui voudraient voir.

Très simple l'univers. Très simple la vie. Si ce n'était la simplicité même, cela n'aurait aucune possibilité d'exister. Mais pour le mental humain, rien n'est plus difficile que la simplicité, puisque sa fonction essentielle est précisément de refuser l'évidence, celle qui lui montrerait son inexistence et sa nature originelle de NEANT.

Voilà ce qui fait le plus peur à l'Être, et tant qu'il ne voudra pas reconnaître sa nature intime, il se complaira dans des équations quantiques inextricables et continuera de s'emmêler dans des « cordes » illusoires. Si vous avez le courage des remises en cause qui transforment l'existence une fois pour toutes, vous pouvez aller faire un tour sur le site http://www.hatem.com et nous vous conseillons la brochure « la Matière, Piège de la Science »  aux Editions Ganymède .

Ne voyez aucune agressivité dans ces propos. Il est sain que chaque chose soit à sa place, voilà tout.