*La vraie nature des catastrophes naturelles - unisson06
La vraie nature des catastrophes naturelles


La vraie nature des catastrophes naturelles
"Nous vivons trop dans les livres et pas assez dans la nature ." (Anatole France)

 

Les catastrophes dites naturelles sont présentées de nos jours comme inéluctables, même si la responsabilité de l'homme dans ce qu'il est convenu d'appeler les « changements climatiques » semble établie. En revanche, manque encore cruellement la prise de conscience de ce qu'est la nature profonde de la planète Terre sur laquelle nous vivons.

La mer et l'océan appartiennent à la Terre,

les forêts appartiennent à la Terre,

les oiseaux et les animaux appartiennent à la Terre,

et l'homme appartient à la Terre.

Cette appartenance crée des liens.

Si la terre souffre, l'homme entre en souffrance,

Si les animaux souffrent, l'homme entre en souffrance,

Si la forêt souffre, l'homme entre en souffrance,

Si l'océan souffre, l'homme entre en souffrance,

car l'océan l'a enfanté, le végétal l'a nourri,

et l'animal l'a accompagné dans ses travaux les plus pénibles.

 

La terre est une entité vivante

Dans les anciens temps, les liens que les hommes avaient tissé avec la Terre étaient emprunts de sagesse et d'amour. L'arrivée, voilà deux milles ans, d'une religion dominatrice a dénigré ce rapport privilégié. Le culte d'un dieu solaire crucifié n'a pas su ressusciter dans l'âme des terriens le respect et l'amour de la nature. L'attention portée au Ciel amena progressivement le dépréciation de la vie terrestre. Les rites dédiés à la Terre furent considérés comme « païens ». L'adoration du Ciel fit oublier la Création, comme si une fois créée , elle avait cessé de se recréer à chaque instant. Seuls les poètes et les artistes gardèrent le secret de la « présence divine » sur terre. Ils chantèrent et chantent encore la beauté des arbres, des fleurs, des oiseaux, des animaux sauvages et des lacs perdus dans les montagnes.


Science sans conscience conduit a la perte

Si de nos jours l'écologie, « les verts » et Green Peace ont apporté un contre poids à la dérive d'un monde industriel polluant et destructeur, leurs idées ne parviennent pas à toucher le cœur de la majorité des hommes. Pollutions et pillages du sous-sol continuent, sans que dans l'opinion publique, personne ne dise clairement : stop, assez, arrêtez ! La catastrophe annoncée par les scientifiques éclairés n'est pas tant dans le réchauffement de la planète que dans la perte de conscience des individus de leur appartenance à la Terre. Comment les hommes peuvent-ils fabriquer dans leurs usines des bombes, des bombardiers, des mines anti personnelles, des poisons et le soir rentrer tranquillement chez eux pour s'occuper de leurs enfants… que ces mêmes bombes et ces mêmes poisons risquent un jour de conduire à la mort? Comment aucun organisme international ou national n'a proposé de loi pour interdire cette industrie mortifère ?


La geographie sacree

Si la violence s'exerce sur les humains par voie d'un arsenal de destruction, la Terre n'est pas exempte d'attaques analogues par l'industrie et les cultures intensives. Ceux qui s'intéressent à la géobiologie savent que la terre se présente comme un organisme vivant avec ses réseaux énergétiques sacrés, ses points de ressourcement et ses zones pathogènes. La géographie sacrée explique comment les différents hauts lieux telluriques sont reliés les uns aux autres. Tout cela pour dire que la Terre n'est pas qu'un simple amas de roches refroidies ou en fusion. C'est un organisme vivant qui possède sa structure énergétique et son aura. C'est d'elle que dépend la vitalité des lieux . Or les niveaux énergétiques des régions varient en fonction de leur passé historique, de l'industrie implantée, et du comportement humain. Il y a donc un lien direct entre la manière de vivre et de produire d'une région et la santé de ses habitants  ! Pour comprendre plus facilement de quoi il s'agit, on peut dire que l'univers terrestre se comporte à la manière d'une pile électrique dont l'électrode « plus » est le ciel et l'électrode « moins », la terre. Les géobiologues parlent de l'équilibre cosmo tellurique. Ces différences de polarité donnent lieu à des échanges énergétiques constants qui alimentent le Vivant . Lorsque dans les maisons, ces équilibres sont rompus, le lieu de vie devient pathogène par insuffisance d'énergie. Cette carence est due à la nature des constructions (béton armé) et à la présence des activités industrielles qui dénaturent les rapports cosmo telluriques comme c'est par exemple le cas des réémetteurs de téléphone sans fil et des radars. Des répercutions sur la santé se font ressentir au bout de quelques années. Tout est en interaction !


Les réactions de la terre

Si on regarde la Terre avec les yeux de l'âme, on constate qu'elle souffre. Les rationalistes diront et penseront qu'il y a toujours eu des catastrophes, que ce qui se passe actuellement est dans l'ordre des choses. Certes, mais l'ordre naturel est bouleversé et chacun le ressent : le soleil ne « chauffe » plus comme avant, il « brûle ». Il existe dans l'univers une loi de causes à effets .. Ce qui vient de se passer en Asie est éloquent. En lecture symbolique, la Terre se défend : l'océan refoule les hommes vers l'intérieur des terres, les pluies diluviennes et les tempêtes chassent les pollutions. La Terre se purifie. Cette lecture n'est pas habituelle, elle peut surprendre, mais ne serait-il pas urgent d'apprendre à lire les évènements autrement ?

Plus rationnellement, comment ne pas voir que les tempêtes dévastatrices résultent d'une politique de déforestation excessive, que les récifs de corail abîmés par la pollution ne freinent plus les vagues et que la terre recule dans bien des endroits et enfin que le niveau de la mer (toujours elle) monte ! Quant aux tremblements de terre ou de mer , il faut savoir que le pompage des nappes de pétrole supprime progressivement les « coussinets » d'amortissement des secousses telluriques. Tout se passe comme si on dégonflait progressivement les pneus d'une voiture qui roule…Enfin, les inondations sont dues au fait que plus rien n'arrête l'écoulement des eaux de pluies. Dans de nombreuses régions, la suppression des haies (véritables nichoirs naturels pour les oiseaux) et les fossés le long des routes en sont l'une des causes. D'autre part, les modes d'agriculture intensive à base d'engrais chimiques contribuent à lessiver les terres faute d'humus. Résultat : le niveau du lit des rivières monte et en périodes de fortes pluies provoque les catastrophes dites naturelles.


Le respect du monde animal

Alors que faire ? Reprendre ses esprits ! Réaliser autour de soi un univers respectueux de la planète et donc de ses occupants à deux ou quatre pattes. Ne plus cautionner les expériences de laboratoire sur les animaux. Ne plus participer aux massacres des animaux d'élevage en adoptant une alimentation végétarienne. Contrairement aux idées reçues, l'homme n'est pas fait pour manger de la nourriture cadavérique : ses intestins sont longs comme ceux des herbivores (les intestins des carnivores sont courts pour empêcher la putréfaction de s'opérer au cours de la digestion). Sa dentition n'est pas celle d'un carnivore ! Sur un plan global, l'élevage du bétail nécessite beaucoup de fourrage et donc de terres agricoles, ce qui prive les régions pauvres de ressources alimentaires naturelles. Dans l'essence des choses, l'homme est fait pour manger « les fruits de la terre », ceci dans tous les sens du terme. D'après les statistiques les plus sérieuses, les végétariens sont en bien meilleure santé que les omnivores. La nourriture végétarienne allège le corps et augmente le niveau de conscience. La souffrance des animaux s'inscrit dans leur chair et produit des toxines qui encrassent l'organisme « des mangeurs de viande ». Les expériences sur la mémoire de l'eau de Jacques Benveniste et du Dr Masaru Emoto sans oublier celles de la radiesthésie appliquée* montrent que tout élément liquide se charge des énergies qu'il reçoit. Le sang des animaux massacrés véhicule des énergies de souffrance et rien ne dit que bon nombre de maladies ne proviennent pas simplement de cette dose de stress mortel emmagasinée dans les aliments carnés !**


L'écosanté

Il faut savoir que les évidences d'aujourd'hui contredisent celles d'antan, époques où les hôpitaux n'atteignaient pas des tailles gigantesques et où les maladies ne progressaient pas au point où la notion même de « médecin traitant » attaché à tout un chacun est devenue une normalité, comme s'il était naturel d'être malade et d'avoir besoin de protéger sa santé.. ! Cette dernière est d'abord spirituelle, puis mentale et émotionnelle. La maladie physique n'est que la conséquence de la dégradation de l'ordre naturel ! La santé des hommes est liée à celle de la terre . Les deux sont associées et il serait urgent de développer le concept d' écosanté ! Comment peut-on imaginer être en bonne forme lorsque la terre sur laquelle nous vivons est épuisée, lorsque les aliments que nous consommons sont truffés de conservateurs  et carencés en énergie ! Soigner les hommes et soigner la planète relève d'une démarche indissociable.

L'expérience de tout géobiologue montre du reste que personne ne peut demeurer en bonne santé dans un habitat malsain. C'est un exemple flagrant du rapport étroit existant entre l'individu et son environnement. En apprenant à « soigner » les maisons et les lieux de travail, on constate des effets immédiats non seulement sur la santé de ses habitants mais également sur leur psychisme***. Il existe entre la terre et l'homme un rapport privilégié qui constitue l'une des plus grandes richesses qui soit.


La pensée globale

La pensée analytique a fait de l'homme un savant aveugle qui a cessé de voir l'ensemble et les ensembles. Le développement des facultés du lobe droit par la pratique journalière de la pensée analogique (écosystèmes), du dessin, de l'image et de l'art (parents pauvres de l'enseignement) est en mesure de combler ces lacunes.. Il est important de redonner à chacun le sens de la responsabilité dans la diversité et l'épanouissement de l'être. La relève arrive au niveau des nouvelles âmes incarnées sur terre. Certains les appellent indigo. Il en existe partout dans le monde. Peu importe le terme. L'urgence est de leur donner la parole et d'arrêter d'écouter tous ces savants qui ressemblent de plus en plus à des docteurs Knock et Folamour tant leurs discours sont enfermés et enfermants dans leurs certitudes tragiquement dépourvues de la conscience de l'écoréalité .


Serge Fitz.




* L'auteur anime dans le cadre de l'association Terre et Ciel des ateliers de formation à la radiesthésie appliquée ( www.Lequadrant.com )
** pour plus d'informations, consultez l'ouvrage de l'auteur : « Les autres causes de la maladie » aux éditions Quintessence .
* * * Pour en savoir plus se reporter au livre de l'auteur « Bien vivre sa maison / manuel de géobiothérapie » aux éditions Quintessence.