*Religion et Spiritualité - Unisson
spiritualité laique - Unisson06

Religion et Spiritualité

par Michael

 

Au jour d'aujourd'hui, il nous est possible d'effectuer un constat assez clair des différences et points communs qui séparent et unissent le concept de religion et celui de spiritualité. Tentons de définir dans un premier temps ce que désigne ces deux mots.

La religion, au sens ou nous l'entendons communément, est une structure sociale qui régulait autrefois (et encore aujourd'hui dans certains pays) la vie d'un pays. Elle établissait des règles morales, des lois, régissait les différents événements de la vie (naissance, mariage, décès). En fonction des époques, des lieux et des ethnies, la religion était mise en place par des réformateurs politico-religieux dans le but d'amener un changement. Ces réformateurs se donnaient deux objectifs particuliers ; le premier, offrir une structure socioreligieuse pour réguler la société et le second, offrir un enseignement spirituel libérateur à celles et ceux qui étaient prêts pour l'initiation, la connaissance de soi. Ainsi, on pouvait distinguer un courant exotérique, une religion populaire, et un courant ésotérique réservé aux êtres plus avancés intérieurement. Malheureusement, les conflits d'intérêt semèrent la discorde entre les suiveurs des réformateurs, et ceux qui avaient pour charge la religion populaire ont commencé à se sentir en concurrence avec les responsables des voies ésotériques. Alors, les initiés durent soit se fondre dans la religion populaire et masquer leurs enseignements, soit partir de certaines contrées sous peine d'être mis à mort.

En ce sens les courants dits ésotériques se rapprochent de ce que l'on peut nommer aujourd'hui spiritualité. Puisque l'essentiel de leur message était d'apprendre à connaître l'être humain et le libérer de la dualité de son esprit, afin de lui permettre d'être en pleine conscience, libre et aimant. On retrouve ainsi un but commun dans toutes les voies foncièrement ésotériques ou initiatiques : la réalisation intérieure, que l'orient a nommé « l'éveil » et qui prend d'autres noms ailleurs pour un même fond.

Aujourd'hui, en occident précisément, nous vivons dans des républiques laïques, il nous est inconcevable de vivre dans un régime théocratique comme hier. Nous nous sommes battus pour être libre du clergé dogmatique ce n'est pas pour recréer de telles structures liberticides. Si la république laïque avec son propre système judiciaire et son éthique, qu'il convient d'ancrer, gère ce que la religion faisait jadis, en ce qui concerne la recherche intérieure il y a un manque. Historiquement la science s'est opposée au clergé en prônant la toute puissance de la raison, c'est une belle avancée, mais nous avons jeté le bébé avec l'eau du bain. Certes, il fallait critiquer et combattre les dogmes abrutissant du clergé, mais nous aurions dû, avant de tout jeter, regarder ce que proposaient les voies ésotériques et initiatiques. Celles-ci prônant à l'inverse du clergé une voie de libération intérieure, une voie d'équilibre entre raison et intuition et non un rejet de la raison comme l'a fait la religion et un rejet de l'intuition comme l'a fait la science. En fait la science a rejeté l'intuition et s'est réfugiée dans un autre pan de la dualité pour être le plus loin possible de la religion qu'elle rejeté. Et ainsi nous avons deux ennemis qui s'affrontent chacun sur un pan de la dualité, ne se rendant même plus compte qu'il existe une troisième voie, une voie d'équilibre.

La spiritualité aujourd'hui peut être totalement dégagée du baume religieux dans lequel elle était enveloppée jadis. En réalité le chemin vers soi est bien codifié depuis des millénaires par les initiés, il suffit d'en comprendre la trame et de l'adapter au monde dans lequel nous vivons. C'est ce qu'ont toujours fait d'ailleurs les initiés, en fonction des régions où ils se trouvèrent, ils transcodifièrent leur enseignement pour l'adapter à la culture où ils se trouvaient. Nous savons bien que toute religion est le syncrétisme de celles qui l'ont précédée, cela devient très clair à force de recherche archéologique et historiographique. Ainsi le judaïsme est une fusion de religion égyptienne et chaldéenne, le christianisme, un mélange de judaïsme et de religion païenne, l'islam un mélange de zoroastrisme, de judaïsme et de christianisme. Même le bouddhisme a comme base l'hindouisme pour ensuite s'adapter aux contrées dans lequel il s'installa. Ainsi, aujourd'hui en étudiant toutes les voies intérieures du monde, en les expérimentant et en intégrant leurs fondements, nous pouvons aussi effectuer ce travail de transcodification.

Certains courant de la psychologie moderne comme le courant transpersonnel et intégral avec Ken Wilber ont effectué ce travail de transcodification. Ils ont crée des pratiques de connaissance intérieure proche de ce qui se faisait dans les écoles initiatiques du passé et dans les voies ésotériques des religions. Ils ont proposé des méthodes de connaissance de soi adaptées aux contextes dans lequel nous vivons aujourd'hui. La spiritualité à la différence de la religion n'est pas soumise au dogme et à la croyance ; si elle peut avoir des croyances comme l'évolution de la conscience de vies en vies par exemple, celle-ci sera toujours inclusive, universelle et ne s'imposera à personne. Ces hypothèses seront proposées au chercheur afin qu'il voit si cela a une cohérence quelconque. Mais au final, la spiritualité n'a que très peu de croyances, car elle base son vécu sur le réel, sur ce qui peut être expérimenté au présent, en soi et non par un savoir de seconde main provenant de l'extérieur.

La spiritualité est je pense garante de la paix mondiale, les religions aujourd'hui causent la plupart des conflits mondiaux. Ces conflits sont issus du fait que tous les êtres s'inquiètent de leur sort et veulent accéder au bonheur mais que chacun est voilé par l'idée qu'il se fait du moyen d'y accéder. En effet, les religions populaires ont élevé des mythes, afin de calmer les esprits de peu de conscience en attendant qu'ils puissent comprendre des vérités plus vastes. Mais, il s'est élevé aussi des autorités religieuses qui n'ont pas voulues que les masses évoluent réellement, car si ces masses connaissaient le « secret » elles n'auraient plus besoin de ces autorités qui vivaient (et vivent encore aujourd'hui) sur la crédulité des peuples. Par contre les courants ésotériques de ces religions savaient la vérité cachée sous le mythe, mais ils devaient être prudents avec cela.

Aujourd'hui, cette prudence n'est plus de mise, notre monde a été réveillé par la science qui malgré son réductionnisme desséchant a tout de même permis de donner goût à la compréhension par delà les superstitions. Nous pouvons donc aisément révéler les « secrets » des initiés du passé afin de démystifier et libérer les croyants eux-mêmes du piège mythique dans lequel ils vivent pour certains. Grâce à l'histoire, l'archéologie, l'étude des mythes, la compréhension des symboles et surtout la compréhension intérieure, nous pouvons facilement remettre les pendules à l'heure et proposer la vérité qui se cachait sous le boisseau.

Ici je développe très rapidement, car cela sera démontré dans des articles suivants, que la vérité globale sur les religions est qu'elles ne furent pas révélées par un Dieu personnel, puisque selon la science ésotérique il n'existe pas de Dieu personnel. Dieu ou les dieux furent des mythes créés volontairement par les fondateurs pour tenter de réguler les peuples dont ils avaient la charge. Ainsi on codifia des récits mythiques et ont donna les clés de leur interprétation aux seuls initiés. La Torah est donc le fruit du chemin intérieur de Moise (s'il a existé) ou de ceux qui la rédigèrent, puis elle fut réécrite de nombreuses fois, des passages ayant été enlevés, d'autre rajoutés en fonction des desiderata des rois ou prêtres, et fonction des contingences guerrières de l'époque. Pour les évangiles, nous savons aujourd'hui qu'il y a très peu de chance pour que le Jésus des quatre évangiles canoniques ait réellement existé. Ces quatre évangiles étant une petite partie des dizaines d'autres qui existaient à l'époque, et qui étaient le fruit des écoles initiatiques qui rédigeaient des mythes initiatiques pour la compréhension intérieure des disciples. Mais ensuite, pour des raisons politico-religieuse, l'empire romain utilisa le christianisme non par foi, mais par intérêt et ainsi par le glaive il se développa. Pour l'islam c'est un peu la même chose, nous disposons de très peu de preuve de l'existence de Mahomet et les Corans les plus anciens retrouvés furent datés bien postérieurement à la naissance présumée de l'islam. L'analyse du Coran et des hadiths démontrant qu'ils sont une synthèse d'écrits juifs, chrétiens avec quelques éléments de mystique païenne. Le soufisme quant à lui, s'il apparaît dans une profondeur, est antérieur à l'islam et il est lié aux écoles initiatiques et non à la « révélation » coranique. Pour ce qui est des religions orientales c'est assez différent, l'hindouisme est la plus ancienne religion actuelle, elle n'a jamais essayé de se répandre par prosélytisme et ses fondements religieux sont assez ouverts, sans compté que sa mystique est restée intacte. Pour le bouddhisme, s'il a prit pied sur l'hindouisme en s'opposant à la dégradation du culte de l'époque, il est très ouvert et non dogmatique en général. Il s'est adapté dans les contrées où il s'est répandu avec une certaine souplesse, en incluant les religions et spiritualités qui y étaient déjà.

Les religions orientales ont laissé plus de place à la spiritualité et ainsi en les étudiant nous pouvons emprunter de nombreux éléments très intéressants pour l'élaboration d'une voie spirituelle occidentale et actuelle. Des êtres comme Bouddha par exemple relevaient plus du chercheur spirituel que du prophète missionné par un Dieu personnel. Le but était d'apprendre à connaître la conscience humaine et trouver un chemin de libération, qui mène au bonheur. Notre but est le même que celui du Bouddha jadis, trouver un chemin de libération qui mène au bonheur et qui s'adapte aux besoins des humains de ce siècle. Pour cela, non seulement il convient d'étudier toutes les religions, mystiques et voies initiatiques, mais il convient de les pratiquer, de les expérimenter et de voir ce qui est le plus efficace pour libérer l'humain de la peur et l'amener à vivre pleinement l'amour dans le cœur. Tout ceci peut réellement amener à l'émergence d'une société plus épanouie et en paix, si les êtres qui la constituent sont heureux et libre d'aimer, alors ce monde pourrait peut-être espérer en faire autant un jour. C'est en tout cas le pari d'Unisson06, il parait utopique pour certains, mais comme disait Victor Hugo : « l'Utopie d'aujourd'hui est la réalité de demain » sans le prendre comme une autorité, je pense qu'il savait ce qu'il disait par cela.

La religion aujourd'hui n'est plus adaptée, les outils qui servaient hier n'arrivent pas à comprendre les humains du 21 ème siècle. Notre monde n'est plus le même, c'est un fait, les modes d'accession au spirituel ne sont plus les mêmes non plus. Certains restent ancrés dans la religion parce qu'ils pensent (mais c'est tout simplement un conditionnement basé sur la peur de l'inconnu) qu'elle offrira l'au-delà. Mais avant de vouloir l'au-delà il convient de comprendre l'eau d'ici et maintenant. Dans toutes les voies initiatiques du passé (qui côtoyaient les religions populaires et les besoins de l'au-delà des peuples) on ne visait pas un au-delà illusoire, mais on essayait de comprendre ce qu'est la conscience humaine. Car, par expérience, les initiés savaient que les croyances en l'au-delà étaient des créations mentales et qu'elles n'étaient pas la réalité puisqu'elles se basaient plus sur l'inconscience de la peur de ne plus être plutôt que sur la conscience d'être. Voila pourquoi le tronc commun de ces voies indique que celui qui connaît la source de sa conscience crée sa propre réalité dans ce monde et dans l'autre. Ainsi, ils invitèrent ceux qui voulaient comprendre la vérité à méditer profondément et à remonter à la source de leur conscience, à l'unité foncière. Ainsi, les divers concepts sur l'au-delà élaborés par les religions voilent une compréhension symbolique et intérieure, mais tant que l'être ne s'est pas connu lui-même, il croira en la réalité d'un paradis et d'un enfer.

La spiritualité laïque, tout comme les voies initiatiques, enseigne qu'il n'existe que la conscience et ce que celle-ci crée sa propre réalité. Elle énonce que toutes croyances, imageries, mots, concepts, dogmes n'est pas la réalité et de manière ultime, que tout ce qui peut être observé par la conscience est transitoire, impermanent. La seule chose qui soit réel dans le sens de stable et permanent étant la conscience témoin. Nous étudions ainsi la conscience humaine sous tous les aspects, les outils étant le corps, les sens, les émotions, les pensées. En étant cette conscience témoin la vie se vit clairement et librement sans craintes du passé ou du futur. La mort physique est aussi pleinement comprise grâce à l'expérimentation méditative et la compréhension de ce qu'est la conscience pure. En étudiant les processus de la mort à la lumière des écrits initiatiques et de l'expérience personnelle, nous pouvons ainsi préparer l'être à ces phases de l'existence. Comprendre la mort et son processus, s'est comprendre ce qu'est bien vivre et pourquoi nous vivons. Quand l'esprit est clair, lavé de toutes croyances, préjugés, projections, la conscience pure jaillie et la compréhension de toute la structure de l'être et du monde devient évidente. La mort physique est vue comme une étape dans l'évolution de la conscience et non comme une finalité. En comprenant le moteur évolutif qui sous-tend toute l'existence, nous pouvons comprendre que si l'espèce a évolué, la conscience aujourd'hui fait évoluer l'espèce dans son intériorité.

Je résume ici, mais au fond si l'on vient à s'intéresser à la spiritualité c'est aussi pour comprendre ce qu'est la vie et pourquoi la mort. Le chemin n'a que pour seul but de se libérer de la peur de la mort, c'est tout et c'est déjà l'essentiel. De part le passé, des milliers d'hommes et de femmes ont expérimenté cela, nous bénéficions ainsi de leur recherche et nous pouvons y associer les nôtres. La science évolue de son côté, elle essaye de sortir de l'ornière réductionniste dans laquelle elle a été forcée de se mettre pour lutter contre le dogmatisme de l'église. Des scientifiques courageux depuis Einstein à Jean Pierre Garnier-Mallet (physicien quantique) tentent d'élaborer des ponts entre science et spiritualité. La physique quantique, les neurosciences, la parapsychologie avancent grandement dans le but de trouver une explication universelle à la conscience humaine. La spiritualité laïque avance avec ces êtres qui bravent les résistances aux changements que l'on retrouve aussi dans les universités et les centres de recherches.

La spiritualité c'est juste la vie et la vie est UNE, il n'y a pas d'un côté la vie de la religion, de l'autre la vie de la science et entre les deux un conflit puéril à savoir qui aura le dernier mot. La vie est UNE et l'humain a autant besoin de rationalité que d'intuition, une vie que de raison devient froide et binaire, coupée d'une certaine créativité par peur de sortir du cadre. Une vie faite que d'intuition peut mener rapidement au manque de lucidité, de cohérence. En ce sens la spiritualité laïque, même si ce n'est qu'un concept de plus, propose la ré-union de la raison et de l'intuition et l'unité de l'être humain.

Je pense que cela vaut la peine d'être expérimenté, mais avant cela il convient d'effectuer un travail de fond en soi pour se déconditionner de ce qui empêche l'être de libérer sa créativité. Voila pourquoi nous proposons des pratiques, des lectures, des méditations ; tout ceci pour travailler directement et établir des prises de conscience pleines et entières.

Il n'est pas possible à un esprit conditionné par une religion dogmatique d'accéder directement à la compréhension de la spiritualité. Il lui faudra étapes par étapes travailler sur son déconditionnement progressif, qu'il se libère par un travail intérieure des chaînes mentales qui l'emprisonnent.

Il n'est pas possible à un esprit conditionné par une science réductionniste d'accéder directement à la compréhension de la spiritualité. Il lui faudra étapes par étapes travailler à l'ouverture de sa conscience à l'intuition, oser franchir le pas vers ce qui dépasse les limites de la raison.

Honnêtement tout ceci est possible car cela a été expérimenté, nous savons par expérience et non par croyance que la liberté humaine réside, comme l'avait énoncé le bouddha entre autre, dans « la voie du milieu »  ; une voie d'équilibre qui crée l'équilibre en soi et autour de soi.

Je ne demande à personne de croire à tout ce qui a été énoncé jusqu'ici, j'invite à expérimenter directement et si cela ne fonctionne pas et bien on pourra tout rejeter en bloc et revenir aux fonctionnements habituels. Je demande juste de ne pas juger ce qui est proposé d'un regard lointain élaborant des arguments pour s'éviter d'accueillir.

Tout est ouvert et je suis prêt à échanger avec tous afin d'éprouver ce que j'avance puis ensuite de venir avec moi expérimenter si cela fonctionne ou pas, j'ose ; à vous de voir si cela parle au-dedans de vous …

 


Réagir à cet article >> cliquez-ici