*Le lama et l'anthropologue - unisson06
Le lama et l'anthropologue
Le lama et l'anthropologue
Ma rencontre avec un vieux lama tibétain

par Marc Bosche


L'auteur a troqué le temps de sa recherche - son costume de professeur de l'enseignement supérieur pour la robe bordeaux du moine novice d'une tradition bouddhiste himalayenne (tantrisme bouddhique). Pendant cette immersion totale, il a été tour à tour carreleur, standardiste du monastère et secrétaire d'un vieux lama (le « Très Précieux »), avant qu'il lui soit demandé de préparer l'édition littéraire des deux derniers livres de ce célèbre rinpoché (chez Lattès, puis Press Pocket, et Dzambala). Cette variété d'expériences lui a permis de découvrir de l'intérieur ce monde discret. Après cette recherche, l'anthropologue a retrouvé le chemin de la vie avec un intérêt renouvelé.

1/ LE VIEUX MOINE TIBETAIN

Le « Très Précieux » (1918-1997) vit dans un appartement jouxtant le temple. Il semble aimer la présence de ses bénévoles. Il apparaît souvent par l'embrasure de la porte pendant notre rituel de la compassion de vingt heures quinze. Il laisse volontiers ses pantoufles en désordre, afin de nous permettre de les aligner avec soin. Nous pratiquons ainsi la dévotion. Il passe par le corridor public pour aller à sa salle de bain. Il est simple. Il a vécu dans les Himalaya parmi les oiseaux, les animaux sauvages, dans des retraites de montagnes, pendant vingt ans. Il lui est arrivé, l'été, de lécher l'eau sur la paroi du roc pour se réhydrater.

Ce dernier ascète de l'ancienne génération venue du Toit du Monde passait aussi des nuits, l'hiver, à la belle étoile. Il lui arrivait de s'adosser à une paroi rocheuse. Il repliait ses genoux devant son tronc. Il restait ainsi la nuit dehors... dans la neige.

Ici en Europe, où il s'est installé depuis 1975, les conditions de vie doivent lui paraître divines. Il y a le confort moderne. Il a même laissé ses disciples lui installer un convecteur électrique mural à chaleur radiante. Il sent la tiédeur de l'air. Il a peut-être renoncé « à la produire lui-même. »

Il cultivait des facultés inhabituelles, lorsqu'il était encore un jeune homme en retraite collective de trois ans. C'était au monastère de Tcheudrak, dans l'oriental Kham himalayen. Il avait alors éveillé l'intérêt de ses compagnons de retraite. Il émanait de sa chambre une radiance lumineuse. Ceux-ci crurent à un incendie. Il n'en était rien. Notre « Très Précieux » d'alors avait « réalisé la chaleur interne. » C'est l'un des yogas de Naro, célèbre ascète indien de l'époque médiévale. Alexandra David Neel évoque aussi sa propre faculté de disposer de la chaleur interne. Le « Très Précieux » ne dispose plus aujourd'hui de la complétude de cette faculté, semble-t-il. Il préfère la chaleur de son convecteur radiant pendant l'hiver.

Les petites attentions du « Très Précieux » sont pour chacun ici un motif de réjouissance. Un jour, il fait comme s'il voulait entrer dans le temple, bondé d'un large auditoire. Il actionne très lentement, et de l'extérieur, la poignée de la porte. Parmi nous, quelques moines ont remarqué son manège. Nous voyons la poignée de porte se baisser. Et nous nous attendons à voir le maître entrer à pas de velours. Il n'en est rien. Il laisse la poignée se relever très lentement. Puis il l'actionne à nouveau pour nous montrer, sans doute, qu'il joue. De l'autre côté de la porte, il joue avec nos perceptions. Ces petits gestes suffisent à le rendre fascinant. Il se suffit de sa chambre et de son simple appartement.

Le « Très Précieux » affirme la générosité. Il la pratique à sa manière. Il vit sans ostentation. Il lègue même aujourd'hui de menus objets favoris à ses disciples. Il m'échoit ainsi deux petites boîtes à thé de couleur dorée, de vingt grammes, qu'il avait déposées dans son autel. Je reçois aussi sa photo de son propre maître le XVI ème karmapa, alors jeune, portant des grosses chausses himalayennes. Le vieil homme est sans avidité pour l'argent. Son assistant retrouve des chèques donnés par les visiteurs. Ces rectangles de papier sont répandus sous les coussins du « Très Précieux » qui n'a pas l'idée de les faire endosser sur son compte bancaire. Il donne plus de onze mille euros sur ses propres deniers à son disciple féminin, pour répondre à sa requête d'un financement d'une nouvelle salle informatique chez les moniales. Il compte autrement que nous. Sa vie est traversée par l'expérience d'un détachement considérable.

Au temps de sa jeunesse dans les Himalaya, en allant voir son maître le XVI ème karmapa, il raconte avoir été rejeté du monastère par les moines de ce dernier. Il n'eut pas l'autorisation d'y manger. Il présentait une apparence humble de pèlerin. Averti cependant, le karmapa invita le « Très Précieux. » Il lui prêta même son propre bol, celui-ci en étant dépourvu.

Le lama & l'anthropologue :  l'article illustré en texte intégral Version HTML (document à ouverture rapide,
cette version est conseillée aux internautes connectés par modem / bas débit)
:: cliquez-ici ::

…UNE SELECTION DE SITES INTERNET :

Présentation du parcours de l'auteur :

http://www.planetexpo.fr/sa/presentation.php3?l=mbosche

Contact Marc Bosche (lui adresser un email) : http://www.planetexpo.fr/sa/boite.php3?l=mbosche

Parcourir un article en anglais illustré de nombreux clichés : http://perso.wanadoo.fr/marc-bosche/menu7_page6.html

4 Livres en ligne avec l'intégralité de cette recherche d'anthropologie interculturelle + un roman sur ce sujet (en accès libre & texte intégral) :

récit : le voyage de la cinquième saison

sociologie : un bouddha nommé désir

essai : gouttes de rosée aux jardins du lotus

thriller : nirvana, le réveil des oiseaux

2 sites animés par le même auteur :

site : anthropologie interculturelle

Portail multimédia Marc Bosche

4 portails (reference sites) sur le bouddhisme en Occident (francophones, germanophones et anglophones)

www.bouddha.ch

www.trimondi.de

http://www.american-buddha.com/site.map.htm#SITE%20MAP

http://www.flameout.org/flameout/gurus/