*L'évangile de Thomas dévoilé - Quatorzième partie - unisson06
spiritualité laique - Unisson06

L'évangile de Thomas dévoilé
[Quatorzième partie]

par Pierre Mestdagh


 

57

a dit jésus

le royaume du père est semblable à un homme

qui possédait une semence excellente

son ennemi vint la nuit et répandit de l'ivraie parmi la semence excellente

l'homme ne laissa pas arracher l'ivraie

de peur dit-il que vous alliez en disant nous arracherons l'ivraie

et que vous arrachiez le blé avec elle

en effet le jour de la moisson les ivraies apparaîtront

elles seront arrachées et brûlées

Mt 13. 24-30

Matthieu est le seul évangéliste à rapporter cette parole, dans une formulation nettement amplifiée il est vrai. En plus il fait suivre son discours d'une interprétation qui de toute évidence, et comme ce fut le cas pour l'ajout au parabole du semeur, ne pourrait être attribuée à Jésus. Son interprétation peut en outre officier comme exemple pour l'ivraie semée parmi la bonne semence… Ceci est devenu hélas le sort réservé à bien de commentaires évangéliques !

Toutes et tous nous étions un jour un enfant de sept jours, exempts encore de toute souillure, demeurant dans la pureté de l'union avec notre source de vie. Ce que nous recevions alors correspondait à Sa loi d'harmonie. De cette loi l'homme s'est séparé… Du fruit de l'arbre de la connaissance - l'autorité du Créateur - Adam s'est accaparé. Son savoir est devenu loi. Mais celui qui agit en fonction d'un prétendu et donc prétentieux savoir ne peut causer que perturbations. De celles-ci chaque enfant est devenu la victime. Ce qui au commencement était vierge et pur sera bien vite souillé par les conséquences de l'orgueil humain.

Une prise de conscience de cette évolution fatidique requiert, à l'exemple du vieil homme au logion 4, expérience et réflexion. La patience est une belle vertu ! Il n'est pas évident de distinguer rapidement l'ivraie des fruits de la bonne semence… La faculté de distinguer est tributaire de l'intelligence et donc d'une expérience de la vie. Une perception exacte de valeurs ne peut s'opérer qu'à la condition que notre conscience soit suffisamment épurée, purifiée, de sorte qu'elle puisse redevenir comme de celle de l'enfant de sept jours…

La loi de karma relie toute action à ses conséquences. Ce que nous semons nous le récoltons ! Au chapitre 4 de l'évangile de Jean Jésus nous propose cette image remarquable : semeur et moissonneur sont un… Le jour de la moisson , qui fut perçu par Matthieu comme le jour du jugement dernier, accompagné d'horreurs ô combien menaçantes, est indissolublement rattaché au jour où semence et bonne terre ont retrouvé leur unité… La où est le commencement là sera la fin… Comme dans le jeu de l'oie, veuillez retourner à la case 18…

 

58

a dit jésus

heureux l'homme qui a connu l'épreuve

il a découvert la vie

L'épuration nécessaire, dont il était question dans le commentaire précédent, ne peut s'opérer sans épreuves, sans peines… ! Cette réalité fut déjà précisée par Jésus dans l'image d'une croix à porter. Ce logion nous confronte à l'un des aspects les plus délicats dans cette vie : l'expérience de la souffrance… Une souffrance peut être subie, elle peut aussi être acceptée… Le sens d'une épreuve, qui un jour nous plongea dans la détresse la plus complète, peut des fois se révéler que des années plus tard… Souvent une expérience douloureuse est nécessaire pour nous contraindre à une juste réflexion, afin que nous puissions prendre conscience de nos propres erreurs. Cette prise de conscience est essentielle dans le cheminement que nous devons accomplir. La souffrance est comme un garde-fou personnel, comme la loi de karma est le garde-fou de l'harmonie universelle… 

Une connaissance de la création relative nous apprend qu'à la base de toute évolution se trouve une loi d'harmonie. Cette loi associe particules élémentaires, atomes, molécules et cellules dans une création continue. Parce qu'à l'homme et à lui seul est déléguée une liberté d'action, lui seul peut interférer dans cette loi et causer des perturbations. Mais la loi est absolue et toute perturbation engendrera dès lors un réflexe, par lequel l'harmonie sera préservée . En cela réside le sens de la loi de karma , qui préserve l'harmonie dans le monde inférieur.

Karma signifie action. Lorsque nous agissons à l'encontre de la loi d'harmonie, nous provoquons la perturbation d'un équilibre qui cherche à se rétablir soi-même . Inexorablement, bon gré mal gré, l'addition nous sera donc présentée… Si nous sommes capables de percevoir la relation de cause à effet, nous pouvons, non sans quelque peine il est vrai, en accepter les conséquences. En absence de toute compréhension nous sommes confrontés à une injustice intolérable…

Une des caractéristiques du monde créé est une interdépendance permanente, qui concerne toute chose et tout être. Chaque perturbation individuelle aura donc des conséquences collectives, comme la collectivité entière pourra bénéficier d'une action positive individuelle. Dans les conséquences de la loi de karma toutes et tous, coupables ou innocents, nous sommes concernés, car unis dans une solidarité universelle.

Depuis que l'homme est apparu sur terre il a été la cause de tant de perturbations qu'il nous est impossible aujourd'hui d'évaluer à sa juste valeur l'ensemble des conséquences de la loi de karma. Ce manque de perception ne nous permet toutefois pas d'affirmer qu'un évènement, dont le sens nous échappe, soit dépourvu de sens… Attribuer la cause des épreuves que nous subissons à une volonté divine, à un hypothétique pouvoir de satan ou à une fatalité, implique une méconnaissance de notre propre responsabilité… ! Car une liberté d'action est déléguée à l'homme. Sa responsabilité en est la conséquence… Parce que, consciemment ou inconsciemment, tous et toutes nous sommes intégrés dans la royauté du Père, dans Sa loi d'harmonie et donc dans le développement de la vie sur terre, nous sommes tous et toutes responsables de l'évolution de cette création.

Personne n'est exempt de fautes. Dans les conséquences de celles-ci nous sommes tous solidaires… nonobstant notre ignorance, notre perception de justice ou d'injustice… La prise de conscience de cette réalité, la réflexion qu'elle peut susciter en nous, peut être déterminante dans l'évolution de notre propre vie. Jamais pourtant la souffrance ne pourrait être acceptée comme une maîtresse, à qui nous avons fatalement à nous soumettre, ni ne pourrait-elle être reconnue comme un moyen qui, à l'image de la souffrance du Christ, peut nous ouvrir les portes du ciel…

Dans le Christ furent unifiés amour et souffrance. Cette association présente une incompatibilité évidente… Car l'amour est une expression d'harmonie, la souffrance par contre la conséquence d'une disharmonie

 

59

a dit jésus

scrutez celui qui est vivant tant que vous êtes vivants

afin que vous ne mouriez

et cherchant à le voir vous ne pourriez voir

À plus d'une reprise Jésus nous engage à ne pas abandonner notre vigilance. Ce qui est acquis peut, par inadvertance, être perdu… Toujours nous restons des êtres fragiles, marqués par nos faiblesses ! Même si nous sommes devenus conscients de notre tâche, du cheminement qui doit être le nôtre, cette conscience peut à tout instant être envahie par l'ivraie toujours présente et nous détourner de la juste voie. Scruter celui qui est vivant signifie : diriger notre regard vers la source de la lumière intérieure, celle qui nous permet de voir . Car la réceptivité pour cette lumière détermine la distinction entre vie et mort.

 

60

ils virent un samaritain qui portait un agneau et entrait en judée

il dit à ses disciples

que va-t-il faire de l'agneau

ils lui dirent

le tuer et le manger

il leur dit

tant que l'agneau est vivant il ne le mangera pas

mais bien s'il le tue et qu'il devienne cadavre

ils dirent

autrement il ne pourra pas faire

il leur dit

vous-même cherchez pour vous un lieu dans un repos

pour que vous ne deveniez cadavres et ne soyez mangés

La recommandation dans le logion précédant se répète ici de façon plus explicite encore. Malgré que nous ayons pu accéder à une vision nouvelle, que nous ayons relativisé la valeur de notre moi dans une reconnaissance mentale de la source absolue de toutes nos facultés et que nous soyons parvenu à un état de conscience plus serein, le pouvoir de l'ancien n'est pas prêt à désarmer… La résistance de l'ancien moi, investi de tant de respectabilité, n'est pas à sous-estimer ! C'est lui qui peut nous faire régresser à l'état de cadavre et nous donner à nouveau en pâture au lion…

Au logion 59 la recommandation de Jésus était : scrutez celui qui est vivant tant que vous êtes vivants . Ici elle est : cherchez pour vous-même un lieu dans un repos . Quelle concordance il y a-t-il entre ces deux recommandations ? La direction vers laquelle nous devons scrutez le vivant est intérieure, vers le silence du vide à l'intérieur de nous, là se situe aussi le lieu du repos . Ceci nous rappelle le logion 53 et sa circoncision en esprit .

En outre s'impose ici une réflexion étonnante… Le mot hébraïque désignant un agneau est talya . Mais ce mot signifie également serviteur . Une confusion est donc inévitable… Jésus est le serviteur, pas l'agneau ! Car un serviteur sert tant qu'il est vivant , un agneau ne sert que s'il est devenu cadavre … Paul ignora le vivant et honora un cadavre… ressuscité il est vrai dans sa foi.

 

61

a dit jésus

deux reposeront là sur un lit

l'un mourra l'autre vivra

a dit salomé

qui es-tu homme

étant issu de un tu es monté sur mon lit

et tu as mangé à ma table

jésus lui dit

je suis celui qui est issu de celui qui est égal (*)

il m'a été donné ce qui est à mon père

•  je suis ta disciple

à cause de cela je dis ceci

quand il sera désert il sera rempli de lumière

mais quand il sera partagé il sera rempli de ténèbres

Lc 17. 34-35 - Mt 24. 40-41 - Jn 14. 10 et 16. 15

Ce logion nous présente une rencontre particulière entre Jésus et une femme, appelée Salomé. Une rencontre entre deux personnes, comme celle avec la samaritaine dans l'évangile de Jean, suscite toujours la question : comment cette conversion a-t-elle été transmise…? En plus ce logion témoigne d'une certaine intimité. Une situation insolite donc pour une conversation religieuse, sujet strictement réservé alors à la gente masculine. Une telle discrimination n'a toutefois pas sa place dans la gnose de Jésus.

Dans ses paroles nous reconnaissons les thèmes principaux de son enseignement :

•  le choix entre vie et mort

•  l'unité avec le Père

•  la nécessité de redevenir vide ou désert

La vision dont témoigne Jésus est radicale : ou nous devenons vivants, ou nous restons morts. Il n'y a pas de demie mesure… Ou nous rejetons le vin qui nous a enivrés et sommes-nous à nouveau devenus vides, déserts, et donc réceptifs à la lumière intérieure, ou nous demeurons dans le partage de la séparation et donc dans les ténèbres…

La ligne 8, indiquée par (*) peut être l'occasion d'une réflexion pertinente ! Quelle est la nature du lien unissant le fils de l'homme au Père…? Moi et le Père sommes un dit Jésus dans Jn 10. 30. Unité signifie-t-elle identité…? La graine et la bonne terre sont un, l'époux et l'épouse sont un… mais pas pareilles… Jésus se présente ici comme : issu de celui qui est égal . Le fruit de la graine est graine… La goutte de pluie, qui est issue de l'océan, ne pourrait considérer l'océan comme son égal… Quoique… tous deux sont H 2 O !

Bien qu'il était sans doute, comme le Bouddha, un être peu commun, Jésus était aussi, comme en témoignent les évangiles, un être de chair et de sang. Pour lui non plus il n'était pas toujours facile d'exprimer sa connaissance dans un langage accessible à tous. Parfois ses paroles ressemblent davantage aux koans du bouddhisme zen…

Quinzième partie :: cliquez ici ::