*Le Zoroastrisme - unisson06
spiritualite laique - Unisson06

Le Zoroastrisme

Cette religion du moyen orient fut fondée par Zoroastre (appelé aussi Zarathoustra), un prophète iranien du VIe siècle avant J.-C. Le zoroastrisme apparaît comme une tentative d'organiser le domaine divin en deux camps : d'un côte se trouve le Bien, le Seigneur Sage, Ahura Mazda, qui incarne la lumière, la vérité ; et de l'autre, le Mal, qui représente l'aspect destructif des choses. Zarathushtra reforma l'ancienne religion polythéiste iranienne en un culte monothéiste sous l'adoration d'un dieu unique : Ahura Mazda.

Le zoroastrisme devint la religion officielle de la Perse et subit des transformations au cours des siècles, Ahura Mazda donnant naissance à des frères jumeaux : Ormazd (le Bien) et Ahriman (le Mal), qui devaient régner alternativement sur le monde jusqu'à la victoire finale du Bien. Le zoroastrisme a profondément influencé les religions révélées du Proche-Orient : judaïsme, christianisme et islam. Zarathushtra honora le feu comme le centre de la manifestation visible du divin, protecteur des hommes auxquels il donnait la lumière pour voir dans les ténèbres, et la chaleur pour ne pas mourir dans la nuit de l'ignorance.

Zarathushtra aurait reçu l'enseignement par la révélation d'Ahura Mazda. Celui-ci lui révéla la marche à suivre et les préceptes à honorer : La bonne pensée, la bonne parole, la bonne action. Ceci rejoignant à l'évidence les quatre nobles vérités du Bouddha.

Le dualisme du mazdéisme n'a rien de fondamental. L'antagonisme du bien et du mal y apparaît, toutefois, avec un relief qu'on ne retrouve pas dans d'autres doctrines (à l'exception du manichéisme). Le mazdéisme commande une répartition minutieuse et sans nuance de tout ce qui existe, en êtres et choses purs et impurs, avec une masse de prescriptions rigoureuses à l'adresse des humains, pour la sauvegarde d'un état de pureté qui les associe à Ahura mazda dans son combat incessant contre Ahriman (le mal). Il en résulte l'impression que la dogmatique mazdéenne n'envisage que l'action méritoire et ne tient aucun compte, au contraire de l'hindouisme, de la valeur salvatrice de la connaissance.

C'est là une appréciation qui appelle des réserves, car la morale prescrite par Zarathoustra se rattache à un ensemble aussi vaste que complexe de données théologiques, cosmologiques, liturgiques et autres. La pureté, sur laquelle il est tant insisté dans le mazdéisme, doit être entendue avec les multiples acceptions que comporte le mot dharma pour les hindous. Sous cet angle, la pureté mazdéenne signifie une participation au maintien de l'ordre cosmique, en collaboration avec les puissances intermédiaires, qui sont autant de degrés d'intelligence de plus en plus élevés, à partir du niveau humain jusqu'au plan divin.

Il existe une hiérarchie d'archanges et d'anges qui constitue l'armature invisible de l'Univers. Au sommet, se placent les saints immortels, au nombre de sept, appelés Amshaspends, lesquels correspondent à la manifestation informelle. Viennent ensuite différentes catégories de Yazata, les anges exécuteurs, qui correspondent aux entités du monde subtil parmi lesquelles figure le Feu, principe purificateur et véhicule de l'âme dans son ascension spirituelle. Parmi les catégories de Yazata, on trouve notamment celle des Favrasis qui sont les mânes des défunts, auxquels il faut rendre un culte les dix derniers jours de l'année et qui, tout en restant cachés, sont des génies bienfaisants en communion réelle avec l'humanité. Ce sont également des anges tutélaires ayant pour mission de protéger toute âme humaine et de recueillir le fruit de ses actes vertueux, accomplis sous leur inspiration et dont dépend leur existence.

Le Mazdéisme se répandit sur l'Iran tout entier, les autels dédiés au feu se créèrent les uns après les autres et le nouveau culte s'organisa. Jusqu'à devenir la religion officielle de l'immense empire de la dynastie des Achéménides, qui régnèrent pendant près de 200 ans sur un territoire allant de l'Asie occidentale jusqu'à la méditerranée. Plus tard, le mazdéisme unifia l'Iran et fut la source de droit et le régulateur de la vie sociale. Mais peu à peu l'Islam prit du terrain et de nombreux persans s'y convertirent, car leur empire ne pu contenir les invasions arabes de l'époque.

Pourtant c'est à l'époque de la chute de la religion fondée par Zarathushtra que celle-ci connut le plus grand foisonnement philosophique, avec de magnifiques écrits sur la vie de Zarathushtra et les commentaires des théologiens mazdéistes. Aujourd'hui quelques milliers de Mazdéens subsistent en Iran dans les régions de Yazd et de Kerman.

Les Parsis

Durant l'invasion arabe qui entama la chute de la religion dominante mazdéenne, quelques fidèles quittèrent la Perse pour l'Inde sur des embarcations précaires. Ils s'établirent sur la péninsule de Kâthiâwâr, puis Surat et Sanyan et terminèrent par Bombay. En Inde, ils sont de nos jours plus de 150 000, le culte du feu sacré est pratiqué avec fidélité et de nombreux temples ont vus le jour. La vie est rythmée par les prières et les purifications quotidiennes de la maison. Les garçons comme les filles pénètrent dans l'âge adulte par un rite de passage, les mariages entre Parsis sont obligatoires et à la mort, le corps du défunt est amené en procession vers les tours du silence où ils le jettent aux vautours.

Le Zoroastrisme fut l'une des premières religions organisées autour d'un Dieu unique, à une époque obscure de l'évolution spirituelle de l'humanité. Et en cela elle mérite notre respect pour la compréhension unitaire qu'elle a perçue. La mystique Zoroastre était basée essentiellement sur le dualisme, sur le combat du bien contre le mal, repris et amplifié tristement par le christianisme. L'importante considération de ce dualisme renforce la dualité chez l'humain, le conditionnant à concevoir l'existence en bien / mal, noir / blanc etc. Bien qu'il y eut des enseignements nuancés du mazdéisme, l'essentiel de la doctrine repose sur le socle dualiste et en cela, cette religion montre son incapacité à faire évoluer la conscience humaine moderne. Elle a joué un rôle dans l'évolution spirituelle de l'homme mais comme bien d'autres religions, elle doit évoluer où laisser sa place à d'autres raisonnements.

Aujourd'hui, nous prenons conscience de l'aspect néfaste de la dualité, nous voyons bien que le monde est divisé à cause de cette dualité. La dualité est division, et contraire de l'union. La dualité est un vieux, trop vieux conditionnement humain qui a permis à l'espèce de commencer sa compréhension du monde. L'enfant à besoin de lignes pour pouvoir écrire, mais l'adulte peut s'en passer. Notre conscience tend vers son âge adulte, la dualité se devra de faire place à la non-dualité, celle qui uni les opposés en nous faisant comprendre notre nature véritable, une et indivisible. C'est cet amour foncier universel et inconditionnel qui nous anime tous.