*Pythagore et L'Orphisme - unisson06
spiritualite laique - Unisson06

Pythagore et l'Orphisme
Mystique de la Grêce antique



L'orphisme est un mouvement religieux qui est apparu en Grèce à partir du sixième siècle avant JC. Il a été instauré par Orphée, qui aurait vécu avant Homère. Orphée était selon la tradition un demi-dieu, fils de la Muse Calliope et du dieu de la beauté et des arts Apollon, originaire de Thrace qui charmait les animaux sauvages et descendit aux enfers. Il est souvent décrit comme un maître des incantations ou un enchanteur. Les adeptes de l'orphisme sont appelés les Orphéotélestes. Ceux-ci sont des individus à part, qui vivent éloignés des cités ; ils sont considérés comme des purificateurs, des initiés. Le personnage d'Orphée peut être rapproché des chamans et l'orphisme représente une résurgence de la mystique qui précéda la religion grecque. Une sorte de réaction contre le système théologico-politique de l'époque. La religion qu'il créa se caractérisa par une explosion artistique : Sculptures, peintures, musique, chants, poésie ...


L'histoire d'Orphée

Orphée reçu sa lyre des mains de son père Apollon, ainsi il émerveillait les contrées qu'il traversait par ses chants et ses poésies. Sa femme se nommait Eurydice. Lors d'une marche en forêt elle fut mordue par une vipère et mourut. Inconsolable, Orphée alla réclamer Eurydice chez Hadès, le dieu des enfers. Arrivé au fond des enfers, il exécuta un morceau de lyre. Ce morceau de lyre ému Hadès. Le dieu des enfers rendit Eurydice à Orphée à condition qu' Orphée ne regarde pas sa femme avant d'être arrivé à la surface de la terre. Mais Orphée, inquiet de savoir si sa bien-aimée était toujours là, rompit l'engagement qu'il avait pris en se retournant, et perdit définitivement Eurydice.

Orphée, triste de la perte d' Eurydice, erra dans les bois et jura de ne plus aimer les femmes. Il aurait été massacré par les Bacchantes (femmes jalouses) qui jetèrent sa tête dans le fleuve Hébros. Sa tête dériva sur les eaux sans cesser de chanter jusqu'à la ville de Lesbos. Après la mort d'Orphée, sa lyre devint la constellation de la Lyre.


Les origines des hommes

L'orphisme se fonde sur une cosmogonie proche de celle de l'Egypte et de l'Orient. D'après l'Orphisme, l'Univers serait né d'un oeuf cosmique (matrice originelle) d'où serait sorti le premier des dieux qui se nommait Eros, dieu de l'Amour. Eros était un dieu à l'apparence androgyne, possédant les deux sexes, et pu procréer une première génération de dieux.

Plus tard, le jeune Dionysos, un des fils de Zeus, se vu offrir par Eros l'empire du monde. Malheureusement, les Titans, jaloux et révoltés, s'emparèrent de lui, le firent bouillir et le dévorèrent. Zeus, horrifié par ce crime, foudroya les Titans, et de leurs cendres naquirent les hommes marqués par cette double ascendance. Au moment du foudroîment des Titans par Zeus, ceux-ci avaient déjà digéré la chair de Dionysos. L'énergie qui composait son corps s'était fondue aux corps des Titans.

Une partie des cendres des Titans ont donné à l'homme une propension à faire le mal, mais la seconde moitié de ces cendres, émanant de l'énergie divine de Dionysos, conféra aux hommes l'étincelle d'amour du bien.

L'Orphisme croit en la réincarnation. Pour eux, l'âme est enfermée dans le corps comme dans un tombeau pour qu'elle expie le pêché originel commit par les Titans, qui sont une partie d'elle. L'âme de l'homme est soumise à la réincarnation perpétuelle dans un corps d'homme ou d'animal, elle est prisonnière du "cercle de génération" (proche de la roue des renaissances bouddhique). Seule une vie vertueuse et propre à faire le bien, à supprimer la partie « titanesque » de l'homme, lui permet une meilleure réincarnation. Certaines âmes ayant atteint la pureté orphique deviennent immortelles et ne réincarnent plus.

Après la mort, le défunt se trouve chez Hadès où il est jugé sur sa vie passée. En fonction des actions réalisées, les juges attribuent le type de corps mérité pour la prochaine incarnation. Au moment de la réincarnation, les âmes doivent boire l'eau du fleuve Léthé pour oublier ce qu'elles ont vécu lors des réincarnations précédentes, et pour ne plus se souvenir du monde d'Hadès. Les âmes pures qui ne doivent plus se réincarner doivent fuir l'eau du Léthé afin d'accéder à l'immortalité.


L'initiation Orphique

Les Orphéotélestes (pratiquants de l'Orphisme) vivaient à l'écart de la cité, ils blâmaient les sacrifices sanglants de la religion officielle. Orphée aurait demandé aux hommes de ne pas commettre de "phonoi", c'est-à-dire de « meurtre ou de sacrifice sanglant » en grec, coutume très pratiquée dans le paganisme grec. L'Orphisme pensait que le cycle des réincarnations ne pouvait être brisé uniquement par une vie d'ascèse, de purifications et d'expériences extatiques. Le pratiquant devait se soumettre à un nombre conséquent de rites et d'obligations, le végétarisme et l'absence étant de rigueur. Il ne devait pas porter de vêtement en laine, s'habiller de blanc et ne pas entrer en contact avec un mort.

Orphée apparaît en Grèce antique comme le modèle et le premier des "initiés", celui qui révèle aux hommes les arcanes qui mènent à une union possible à la divinité. L'orphisme était alors une façon de vivre sa relation au monde et au divin, une véritable école religieuse et philosophique, d'où naquirent le pythagorisme et, pour une part, le platonisme.

Les initiations orphiques étaient dédiées à Dionysos, dieu associé aux mystères d'Eleusis. Les initiations se basaient sur une ascèse très rude, des jeûnes et de la musique. Tous ces ingrédients réunis permettaient au pratiquant de rentrer en état de transe et de plonger dans l'extase mystique d'où il revenait avec des connaissances et avancement spirituel plus subtils.


L'héritage d'Orphée au monde

Vers la fin, l'Orphisme tomba en discrédit en raison de faux initiateurs qui exploitèrent l'enseignement à des fins personnelles. Ainsi l'enseignement devint de plus en plus hermétique. Par peur de dissoudre l'essence, les maîtres constituèrent des groupes d'initiés très restreints. Les pratiquants de l'Orphisme furent aussi persécutés par le clergé grec, qui voyait d'un mauvais oeil ces mystiques marginaux.

L'Orphisme a grandement influencé les écoles philosophiques comme le pythagorisme, le platonisme, le stoïcisme et le néo-platonisme. Mais c'est le Christianisme qui le remit à l'honneur, avec les premiers apologistes chrétiens, qui voyaient dans le personnage d'Orphée le présentant des monothéistes au milieu des païens.

D'après Bergson il y aurait existé une filiation secrète au sein du mysticisme grec :

" Il n'est pas douteux que l'enthousiasme dionysiaque se soit prolongé dans l'orphisme et que l'orphisme se soit prolongé en pythagorisme : or c'est à celui-ci, peut-être même à celui-là, que remonte l'inspiration première du platonisme [...] On sait dans quelle atmosphère de mystère, au sens orphique du mot, baignent les mythes platoniciens et comment la théorie des idées elle-même incline par une sympathie secrète à la théorie pythagoricienne des nombres."

Cette chaîne continue serait composée de multiples maillons nommés Orphisme, Pythagorisme, Platonisme, et néo-platonisme. Cet héritage connu par la suite une résurgence pendant la renaissance à Florence, par la publication de l'Hymne Orphique mis à l'index par le clergé au moyen âge. La renaissance fut la résurgence d'Orphée, il était le symbole du renouveau des arts et de la connaissance, source d'inspiration infinie.


Conclusion

L'Orphisme fut un courant mystique majeur de l'occident, les êtres qui le composèrent avaient atteint un niveau de compréhension du divin très élevé. Avant le bouddhisme, ils avaient déjà intégré de nombreuses notions, qui devinrent par la suite des faits établis dans de nombreuses traditions ésotériques, comme la réincarnation, le végétarisme, le cycle des renaissances etc. L'Orphisme posa les bases de la spiritualité grecque, en permettant de transcender la matière qui était le sujet de préoccupation des présocratiques. La philosophie de l'Orphisme consista à vivre pleinement son rapport à la nature et au divin, partie intégrante de l'humain.

On pourrait peut-être reprocher à l'Orphisme ses ascèses et son refus de l'impureté, mais pour l'époque il faut tout de même saluer les avancées majeures qui permirent aux spiritualités suivantes d'évoluer sur ces acquis. Tout travail réalisé par un humain s'étend à tous, et ainsi nous bénéficions des recherches des pratiquants de l'Orphisme dans le domaine de l'ascèse.

Aujourd'hui, l'ascèse n'est plus une solution optimale à l'évolution spirituelle. Elle reste un outil d'apprentissage pour ceux qui en ressentent le besoin. Mais l'humain se doit de trouver son ascèse dans son quotidien, de méditer sur le réel et d'apprendre autant de la matière que de l'immatériel. C'est dans cette union des "opposés" que l'unité naîtra dans le coeur, dans la simplicité d'un coeur qui bat comme le soleil.


Réagir à cet article >> cliquez-ici