*Méditation bouddhiste - unisson06
spiritualite laique - Unisson06


Méditation bouddhiste
Voie d'élévation psycho-spirituelle



Siddharta Gautama

Siddhârta Gautama naquit près du Népal vers le 6 ème siècle avant notre ère, dans une famille d'aristocratie militaire. Orphelin de mère il est élevé comme un prince par un père autoritaire qui l'empêche de sortir de la demeure royale de peur que la souffrance du monde traumatise son existence. Malgré cela, au cour d'une sortie inopinée, il est confronté au principe de réalité qui s‘oppose violemment au principe de plaisir dans lequel son père l'avait forcé à vivre. Il affronte de plein fouet toute la misère des pauvres de l'Inde, la souffrance et la mort. Cette expérience le marqua profondément et il décida de fuir le palais princier dans le but de rechercher un remède à la souffrance humaine. Après des années d'errance et d'expérimentation de diverses techniques psycho corporelles, il met en place une méditation assise bien spécifique, appelé Dhyâna en sanscrit et Zazen dans le Zen qui sera l'axe principal de son approche de la relation d'aide.   Inspiré en grande partie par certaines méthodes psycho corporelles hindouistes, le bouddhisme enrichit sa pratique grâce à son cheminement dans une grande partie de l'asie. En Chine, l'approche s'inspira fortement des pratiques taoïstes cités plus haut et le bouddhisme fusionna en grande partie avec le taoïsme local. Puis par la suite, le bouddhisme se rendit au Japon ou il devint le Zen, inspiré de la tradition shintoïste majoritaire dans ce pays à l'époque.

Concepts thérapeutiques  

L'approche psycho-corporelle de Siddhârta Gautama s'appuie sur les principes énergétiques découvert par les taoïstes et les techniques de respirations du yoga. Le bouddhisme étudie aussi les changements de la conscience humaine et ses différents états. L'approche bouddhiste au même titre que la sophrologie, qui s'en inspira, prend en compte l'homme dans sa totalité physique, psychique et spirituelle. Ses techniques visent à favoriser un niveau de conscience sophronique situé ente la veille et le sommeil ; à détourner le sujet des sentiments négatifs pour stimuler ses sentiments positifs.   Le bouddhisme est une approche de la pleine conscience, ses méthodes mettent l'accent sur un état d'esprit vigilant conscient de son corps et de ses actes. La plupart de nos actes et pensées sont réalisés machinalement, inconsciemment. En pratiquant cette technique, il est possible de comprendre plus profondément notre psychisme en reliant la pensée à l'action. La méditation aiderait à sortir de cet d'automatisme inconscient, offrant la possibilité de réaliser toutes les capacités conscientes et inconscientes de l'humain. La respiration est le modèle sur lequel se base l'approche bouddhique de la thérapie psycho-corporelle transpersonnelle. La respiration fluide et ample rendue consciente pendant la pratique permet d'oxygéner le sang et d'activer la circulation de la lymphe. Une bonne circulation de la lymphe, qui contient des globules blancs, permet d'améliorer le système immunitaire. Ce sentiment de relaxation psycho-corporelle né de la fluidité de la respiration permet au pratiquant de se construire un schéma corporel positif, agissant ainsi sur le système neurovégétatif.   Le bien être corporel permet une détente psychique adéquate au pratiquant pour plonger plus profondément en lui-même et y faire émerger ses potentialités latentes. Le but de la pratique est principalement l'absence de but, la conscience portée vers le lâcher prise, un état d'absence de tensions qui mène à une compréhension plus affinée, dégagée des tensions psychiques, par le biais de l'acceptation de leur existence, amenant progressivement à une compréhension des mécanismes internes de la psyché.

- Le Zazen  

Les méthodes psycho corporelles de la philosophie bouddhiste sont en grande majorité basées sur la méditation assise, que l'on nomme Zazen (Za : s'asseoir et Zen : comprendre). Cette technique fut héritée de la méditation assise pratiquée dans le yoga et adaptée à l'optique du bouddhisme. Par la suite, dans les années 60, Alfonso Caycedo étudiera de près le Zazen pour développer la sophrologie en Europe. L'objectif de la sophrologie est de développer l'expansion de la conscience dans le but d'optimiser les ressources personnelles latentes de l'humain, et elle rejoint fortement le bouddhisme et principalement le Zen.

Le Zazen comme la sophrologie vise à favoriser la perception d'un niveau de conscience situé entre la veille et le sommeil (conscience sophronique), permettant la construction progressive chez le pratiquant d'un schéma corporel positif. Le Zazen se base sur la respiration consciente du rythme corporel, la position est stable, le dos vertical et l'attention est portée sur la sensation physique de tout le chemin de l'air, de l'inspiration à l'expiration (inspiration, remplissage des poumons, temps d'arrêt, contraction des poumons et expiration progressive). En focalisant l'attention sur le souffle et la rectitude de la posture l'esprit devient plus tranquille, la respiration permet l'accès à une conscience sensible à la vie interne du corps (pulsations, tensions, douleurs). Plus encore que la proprioception du corps, le Zazen permet de clarifier les pensées, d'apaiser les émotions négatives, de laisser passer les images, pensées et formations mentales surgissant de l'inconscient sans s'y opposer, ni s'y accrocher. Pendant la méditation profonde, le cortex (siège de la pensée consciente) est au repos, ainsi le sang peut affluer en direction des couches profondes du cerveau. Ces zones, mieux irriguées déclenchent l'activation des ondes cérébrales du sommeil profond alpha  et  thêta  (ondes très lentes qui permettent d'accéder à des informations stockées dans le sub-conscient et qui sont les ondes liées aux états de super créativité) pendant l'état de veille, ce qui procure une impression de sérénité et de calme mental.

Le Zazen est un moyen d'étudier la conscience en établissant une différence entre les concepts de niveaux de conscience, qui sont des modifications qualitatives et des états de l'être humain. Ici, nous aborderons l'aspect transpersonnel du Zazen, c'est-à-dire l'expansion. On est proche de ce que Carl Gustav Jung décrivait par processus d'individuation, aboutissant à la réalisation de la totalité psychique de l'être qu'il nommait le soi. Le zazen s'insérant dans la philosophie de la non-violence bouddhiste permettrait de développer les capacités de coopération et d'entraide au détriment d'ancien comportements (hérités de l'animalité) comme la compétition et l'agressivité. Le Zazen peut être considéré comme une technique visant et tendant vers l'évolution psycho spirituelle de l'humain, qui perçoit intuitivement les lois évolutives mises en place dans l'univers. L'humain ayant évolué de l'animalité à l'humanité tendrait vers un autre stade de son évolution, vers une compréhension plus holistique de lui-même et du monde qui l'entoure.

 


Réagir à cet article >> cliquez-ici